Quand et comment aborder le coronavirus avec ses enfants ?

Le coronavirus dure déjà depuis quelques mois et nous voilà à nouveau confinés ! Heureusement que cette fois-ci les enfants peuvent tout de même aller à l'école. Pas toujours facile à gérer tout ça en tant que parents. On peut aussi se demander comment les enfants vivent ce changement du train-train quotidien et toutes ces mesures restrictives. Vivent-ils le même stress que nous ou est-ce que cela les impacte moins ? Est-il forcément nécessaire d'aborder le sujet du coronavirus, si oui quand et comment ?

7 conseils pour aborder le sujet du coronavirus avec votre enfant


1 – Être conscient des visions différentes entre enfants et adultes
Dans une grande majorité des cas, les enfants ne se sentent pas vraiment affectés ou anxieux par rapport à la pandémie car ils ont une grande capacité de résilience et s'adaptent facilement au changement. Certes les transitions et changements de rythme peuvent être compliqués mais pour le reste, ce n'est pas une source d'anxiété pour eux. Certains enfants se sentent même fiers de porter leurs masques et d'adopter certains gestes pour lutter contre le virus. Il n'est donc pas forcément nécessaire d'aborder le sujet en profondeur. En fait, on a parfois tendance à projeter nos peurs sur eux alors qu'ils vivent la situation d'une manière totalement différente !

2 – Gérer ses propres peurs
Ce n'est pas un secret, la peur est contagieuse et il est facile de la transmettre aux autres, surtout aux enfants qui sont très observateurs et qui perçoivent rapidement si vous êtes inquiets, stressés, en colère, etc. Si votre enfant vous sent angoissé face au coronavirus, il aura toutes les raisons de penser qu'il devrait l'être également. Alors dans la mesure du possible, on essaie de rester serein. Bien sûr, cela peut être très difficile. Pour mieux gérer nos propres peurs, on conseille déjà de faire attention aux informations qu'on ingère au quotidien, qui sont parfois alarmantes surtout ces derniers temps.

3 - Être attentif à son comportement
Bon alors, à quel moment ce serait bien d'aborder le sujet ? Si vous voyez que votre enfant paraît agité, anxieux, que se comportement a changé au cours des derniers mois ou des dernières semaines (par exemple il a peur d'aller à l'école), parler de ses craintes lui fera du bien. Si vous faites vous-même partie du personnel soignant ou qu'il y a un cas dans la famille ou parmi les copains, c'est également pertinent d'aborder le sujet. Les enfants savent peut-être qu'ils ont moins de risque de tomber malade, mais ils peuvent quand même se sentir inquiets pour les autres et de se retrouver seuls : "Est-ce que papa va mourir s'il attrape le corona ? Si tu meurs, qui va s'occuper de moi ?".

4 - Créer un espace de dialogue
Pour aborder les craintes de votre enfant, il est important de créer un espace de dialogue et d'être à son écoute, de prendre ses peurs au sérieux. L'idéal c'est d'en parler durant un moment calme, par exemple le soir ou durant les trajets en voiture. On ne brusque pas le sujet, on discute d'abord d'autres choses, on s'aligne sur ses envies du moment. Puis une fois qu'une conversation est entamée, on peut lui demander s'il a peur de quelque chose, ce qu'il sait du corona, ce qu'il en pense, comment il se sent par rapport à la situation. 

5 – Expliquer avec les bons mots et montrer ce qu'on peut faire
Si votre enfant pose des questions, on peut lui expliquer, avec des mots adaptés à son âge, ce qu'est le coronavirus, comment il se propage. On leur montre aussi comment lutter activement contre la propagation du virus avec quelques gestes à adopter (porter un masque en public, se laver les mains régulièrement, etc.). Avoir le sentiment qu'on peut contrôler une situation aide à réduire le stress. Le livre Mon héroïne, c'est toi, que vous pouvez télécharger gratuitement, explique aux enfants avec une jolie histoire illustrée tous les gestes qu'ils peuvent faire pour combattre le virus. L'histoire date du premier confinement, mais la majorité de ses conseils se valent toujours.

6 - Relativiser
On peut aussi leur rappeler que des personnes compétentes (médecins, infirmier, aide-soignants, chercheurs) travaillent  tous ensemble pour trouver des solutions contre le virus, que ce n'est pas la première fois qu'il y a eu une pandémie dans le monde et qu'on a déjà réussi à s'en sortir dans le passé. Le confort dans lequel nous étions habitué à vivre n'est pas forcément la normalité, c'est cela qu'il faut comprendre !  Il y a pour chaque génération des situations compliquées à gérer mais nous avons toujours réussi à surmonter ces difficultés, et ce sera encore le cas même si on ne sait pas combien de temps cela prendra. C'est frustrant parfois, mais la frustration contribue plus à l'épanouissement de l'individu que la satisfaction immédiate de tous les besoins (selon Freud, en tout cas !)

7 – Continuer à vivre
Le coronavirus perturbe toutes nos sphères au quotidien, certes, mais il est important de garder une routine, de faire des activités amusantes ensemble à la maison, de contacter ses proches régulièrement, de continuer à vivre en attendant que la situation redevienne plus stable ! 

Merci à Elena Goutard qui a contribué à cet article au travers de ses précieux conseils.

Elena Goutard est coach parental et elle-même maman de 4 garçons. Au travers de ses accompagnements, elle vise à faciliter le quotidien des familles, à rétablir l'harmonie dans les relations entre parents et enfants et à ramener le calme et la joie dans les foyers. Pour réserver une consultation en ligne : www.elena-goutard.com.