Avis d'expert

Crier sur ses enfants : est-ce que c’est grave ?

parents
5 MIN
Vous avez craqué. Vous avez crié. Peut-être même plusieurs fois. Vous pensiez être rôdé sur le sujet : vous avez lu tous les livres sur l’éducation positive. Vous vous êtes juré de ne pas faire comme cette Maman que vous avez croisé au supermarché quand vous étiez enceinte et qui hurlait sur ses enfants. Vous avez même écrit un manifesto sur le parent que vous souhaitiez être. Et pourtant, vous avez craqué : vous avez hurlé sur vos enfants et vous avez dit des mots qui ont dépassé votre pensée. Alors, dans cet article nous allons examiner comment éviter de crier sur ses enfants.

Est-ce que c’est grave de crier sur un enfant ? 

 
D’abord, sachez qu’être un bon parent, ce n’est pas ne pas avoir envie de coller les enfants contre le mur. Être un bon parent, c’est ne pas le faire. Craquer, cela arrive et ce qui fait de vous un parent extraordinaire, c’est que vous êtes en train de lire cet article et de vous remettre en question. Alors regardons la situation en détail pour mieux comprendre.
 

Élever la voix, ce n'est pas toujours inutile

 
Élever la voix ça arrive. Ça peut être nécessaire, simplement pour attirer l’attention quand le niveau sonore est élevé. Cela peut soulager aussi un petit peu. Cela peut protéger d’un danger ou alerter. Crier en disant aux enfants qu’ils doivent arrêter de crier, c’est incohérent. Crier sur ses enfants qui pleurent en lui disant d’arrêter de pleurer, c’est inutile. Crier sur un enfant qui s’approche d’une casserole d’eau bouillante, c’est normal. Crier pour que des enfants qui jouent de manière bruyante vous écoutent, cela peut être normal. Crier car vous êtes en voiture et que les enfants font le bazar à l’arrière, cela peut éviter un accident. Crier sur les enfants en leur disant que vous regrettez de les avoir mis au monde et que plus jamais vous ne ferez de trajet en voiture avec eux, c’est un peu moins bien. 
 
Bref, il est important de prendre du recul et de comprendre le contexte pour savoir si cela était une nécessité ou non. Ce qui a été dit est important également. Crier peut s’avérer nécessaire pour le message que l’on a à faire passer. Il suffit de rester cohérent
 

Que faire si j’ai dit à mes enfants des choses que je ne pensais pas ? 

 
On vous l’accorde, la cohérence, ce n’est pas la grande force du parent. On leur dit de ne pas grignoter entre les repas tout en engloutissant le croûton du pain que l'on vient d'acheter. On leur dit de bien mettre le bottes alors que l'on sort en sans veste un jour de pluie (le style d'abord). Bref, la cohérence est nécessaire mais pas toujours au rendez-vous Alors, si vous avez dit des choses qui ne se disent pas, comment réagir ? D'abord, n’hésitez pas à en parler avec les enfants. Si vous avez crié en leur disant d’arrêter de crier, vous pouvez en rire : « C’est quand même trop bête de vous hurler dessus pour que vous arrêtiez de hurler… Comment on fait pour ne pas crier, vous avez des astuces pour moi ? ». Si vous avez été vraiment insultant, il ne faut pas hésiter à s’excuser mais également à parler de la vraie cause du débordement : « Écoute, je n’aurai pas dû te dire ces choses horribles. Je ne les pensais pas. Quand on conduit, on doit être très concentré et quand tu tapes des pieds à l’arrière, c’est difficile pour moi. ». Ce débrief est vraiment important pour valider avec l’enfant que ce comportement n’était pas normal et que vous ne pensiez pas ce que vous avez dit. En parler, c’est déjà dédramatiser à 50%.
 

Comment faire pour que cela ne recommence pas ?

 
Ressentir de la colère, de l’impatience, c’est normal. On incite les enfants à exprimer ce qu'ils ressentent, à ne pas réprimer leurs émotions, donc cela semble logique que nous soyons aussi amenés à mettre cela en pratique. Cependant, en tant qu’adulte nous sommes quand même censés avoir une capacité à rationaliser. Alors quand vous vous sentez en ébullition essayez de procéder comme suit :
 
  • Si vous sentez que vous avez un trop-plein d’émotions (à cause du travail, d'autres problèmes, etc) essayez de trouver un moyen d'accueillir ces émotions en dehors des moments où vous êtes avec les enfants (méditation, sport ou autre activité exutoire)
  • Quand vous sentez la frustration monter, essayez de sortir de la pièce ou de faire une pause.
  • Dites-vous que de crier, ne va pas résoudre le problème voire risque de l’empirer. Cela peut sembler simple mais c’est souvent ce qui aide à garder son calme,
  • Essayez de passer le relai si possible quand cela ne va pas 
  • Répétez-vous (en boucle) que le comportement de vos enfants est normal et fait partie de leur processus de développement 
 
Ce dernier point est important : il n’y a rien de plus irritant que d’entendre que les enfants ne sont pas dans l’opposition par provocation. Quand ils nous regardent bien droit dans les yeux en nous disant NON, on a le droit de ressentir cela comme de la provocation. En revanche, cette provocation a pour objectif (souvent) de tester les limites : s’emporter c’est leur montrer nos limites. C’est un peu comme dans un match de tennis : on montre ses limites quand on casse sa raquette de colère dès premier set. D’accord nos enfants ne sont pas nos adversaires et personne n’est gagnant quand on atteint les limites, mais c’est quand même important pour nous de prouver qu’on est les plus fort, non ? ;).

Si vous sentez que ces accès de colère reviennent fréquemment et vous n'arrivez pas à les maîtriser, n'hésitez pas à consulter un spécialiste : ce sont des symptômes fréquents dans le cas des burn-out parentaux. 

Les articles du même auteur

scroll
Masterclass
22 MIN

C'est celui kiDikié - Marie Robert, la transmetteuse

Lancement de nos nouvelles capsules vidéo "C'est celui kiDikié" ! Aider son enfant à devenir celui qu'il...
Masterclass
23 MIN

C'est celui kiDikié - Mathias Malzieu, le raconteur d'histoires

"C'est celui kiDikié", épisode 2.En tant que parents, nous voulons que nos enfants soient heureux et épanouis dans...
Avis d'expert
6 MIN

Comprendre les pré-ados et mieux les accompagner

Les 4 règles pour comprendre un enfant qui rentre dans pré adolescenceSelon le dictionnaire, c'est la période qui...

Dans le même esprit

scroll
Activité
20 MIN

Devine mes mimes

Un jeu d'imitation qui demande d'être créatif et de faire bouger son corps ! Le jeu est composé de 48 cartes à...
Activité
10 MIN

Attrape avec les pieds

On pose sur le sol différents objets qui doivent être suffisamment grands pour pouvoir être attrapés par une paire...
Masterclass
30 MIN

Comment gérer les disputes dans la fratrie ?

Les disputes entre frères et sœurs peuvent être vraiment usantes pour les parents ! Bien plus d'ailleurs que pour ceux...