Avis d'expert

La propreté bébé : une grande étape dans la vie de nos enfants !

ENSEMBLE
9 MIN

Au même titre que l’apprentissage de la marche, l'apprentissage de la propreté est un grand pas en avant vers l’autonomie. Mais comment se passe cet apprentissage ? À quel âge doit-on commencer à mettre son enfant sur le pot ? Comment l'aider à passer ce cap sans le forcer ? Toutes les réponses dans notre guide sur l’acquisition de la propreté.

Ce qu’il faut savoir avant de commencer l' apprentissage de la propreté

La plupart des enfants deviennent propres entre 18 et 42 mois. C’est une fourchette très large et cela varie vraiment d'un enfant à l'autre. Rien ne sert donc de se comparer aux autres : en aucun cas l’apprentissage précoce (ou tardif) de la propreté n’est révélateur d’intelligence ou corrélé avec l’épanouissement de l’enfant. Chacun son rythme et mettre la pression aux enfants pour être propre avant un certain âge est généralement peu efficace.

Une maman qui change les couches de son enfant

Le jour et la nuit

Certains enfants sont très vite propres le jour. Cependant cela peut prendre plus de temps pour la nuit car d’autres facteurs entrent en jeu comme la profondeur du sommeil, la capacité à se retenir sur une longue période, etc. Pour certains enfants la propreté la nuit arrive tardivement (même après 4 ou 5 ans) sans que cela nécessite de s’inquiéter.

Le caca et le pipi

Là aussi, il peut y avoir un décalage. D’abord, parce que le contrôle des sphincters (pour uriner) arrive souvent avant le contrôle des intestins (pour les selles). Par ailleurs, d’un point de vue psychologique, c’est plus compliqué pour certains enfants de faire leurs besoins dans les toilettes quand il s’agit du caca. Certains développent une réelle inquiétude quand il s’agit de faire caca sur le pot mais cela reste une phase tout à fait normale.

Le physique et l’émotionnel

L’apprentissage de la propreté demande d’être prêt physiquement (avoir la capacité à contrôler sa vessie et ses intestins) mais également d’un point de vue émotionnel. Comme l’acquisition de la marche, la propreté provoque des sentiments contradictoires chez les jeunes enfants : l’envie d’aller de l’avant se mélange à la peur de se retrouver seul. En effet, le change est un moment de partage et d’intimité avec le parent tandis que la propreté remplace cet échange par un moment d’isolement. Il est donc important d’en avoir conscience.$

Un enfant en pleine phase d'acquisition de la propreté

Comment savoir si les enfants sont prêts à aller sur le pot ?

Les enfants sont généralement prêts physiologiquement avant d’être prêts psychologiquement. Vers 18 mois, ils peuvent déjà être capables de contrôler leur sphincter mais ils ne sont généralement pas encore prêts psychologiquement : il n’est pas rare de voir des enfants faire « sur le pot » très vite mais se désintéresser de cet objet par la suite.

Voici quelques points de repère pour savoir si votre enfant est prêt :

  • Il est capable de marcher jusqu’au pot ou aux toilettes

  • Il est capable de tenir assis de manière stable

  • Il est capable de monter et descendre des escaliers tout seul

  • Sa couche reste sèche pendant plusieurs heures ou il nous prévient dès que sa couche est mouillée

  • Il est capable de comprendre des doubles directives

  • Il exprime son désir d’indépendance sa motivation

Si ces signes montrent que le tout-petit est prêt pour devenir plus indépendant, il ne faut pas hésiter à sensibiliser l' enfant au sujet de la propreté bien avant cela. Dès l'âge de 12 mois, vous pouvez le faire remarquer qu’en grandissant, on ne porte plus de couche. En le lisant des livres sur le sujet ou encore en le laissant se familiariser avec le petit pot afin de faciliter le processus lorsqu’il devra s’asseoir dessus !

Conseils des pédiatres

Il est également préférable d’éviter de démarrer le processus d'aller sur le pot s’il y a d’autres sources de stress ou de changements en même temps (arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, déménagement, etc.). La capacité à maîtriser ses sphincters n'est pas évidente, et ça passe toujours mieux quand l'enfant n'a pas d'autres sources de stress. Dans tous les cas, cette acquisition n’est pas toujours linéaire et des régressions sont possibles et même normales : des enfants peuvent être propres et avoir des accidents fréquents à un moment donné sans que cela soit préoccupant.

Apprentissage de la propreté avec un petit bouquin

Comment accompagner son enfant à devenir propre ?

Sensibiliser l’enfant au sujet. Le caca et le pipi, c’est plein de mystère pour tout enfant ! Cela sort de notre corps mais d’où ça vient et pourquoi ça sort ? Certains enfants pensent même que le caca, c’est une petite partie d’eux qui s’en va dans les toilettes. Sans parler des toilettes, cette petite pièce souvent sans fenêtre et ce pot immense qui n’a pas franchement l’air confortable. En bref : c’est effrayant ! Alors on n’hésite pas à le familiariser avec le processus de digestion, avec le petit pot et la cuvette, avec le papier également. Il s’agit d’enlever la part de mystère autour de ce sujet pour le rassurer.

Un enfant en train de se sensibiliser à devenir propre

Motiver un enfant pour l' apprentissage de la propreté

La motivation de l' enfant n’est pas celle des parents. Bien souvent l’entrée à l’école ou en collectivité est un élément déclencheur du processus de propreté mais il ne faut pas transformer cette motivation des parents en pression pour l' enfant. On peut détourner le sujet en essayant de trouver des aspects motivants pour l’enfant et éviter de dire « Si tu n’es pas propre, tu ne pourras jamais aller à l’école ».

On peut en revanche insister sur toutes les opportunités qui s’ouvrent aux enfants qui passent ce cap. Que ce soit la possibilité de participer à certaines sorties scolaires ou simplement utiliser les toilettes super jolies avec son savon qui sent bon ! Si cela peut subtil, choisir ses mots est important pour permettre aux enfants de se concentrer sur les possibilités et non de créer une tension inutile. Un autre facteur de motivation peut aussi passer par des petits autocollants qu’on reçoit chaque fois qu’on a réussi ou essayé. Même si ce type de récompense ne doit pas rester dans la durée, cela peut aider au démarrage.

Un enfant confortable lit sur le petit pot

Créer un environnement agréable

Évidemment pour avoir envie d’aller aux toilettes, il faut que les toilettes donnent envie. On peut mettre dans le petit pot dans un coin agréable, avec un petit paravent s’ils ont besoin d’intimité. Tous les enfants ne passent pas forcément par la phase « pot », on peut donc aussi s’intéresser aux toilettes. On peut mettre des livres à disposition ou un petit tabouret pour leur donner de la hauteur pour se laver les mains. En résumé, on crée de quoi les aider à se sentir moins seuls. On les habille aussi avec des vêtements faciles à ôter pour être autonomes.

Anticiper les accidents sans les couches

Dans tous les cas, il y aura des accidents au cours de cet apprentissage. On essaye donc d’avoir des habits de rechange à portée de main. On anticipe également les situations compliquées : si on sait que l’on va se déplacer pendant des longues heures dans un lieu sans possibilité de faire ses besoins, on essaye de s’organiser. 

Il existe des petits pots portables par exemple, ou alors on évite simplement ce genre de situations le temps de l’apprentissage. Il est également important de se préparer psychologiquement à ces accidents pour éviter de communiquer nos émotions négatives aux enfants : si on est préparé à cette éventualité, on l’acceptera mieux.

Un enfant approche son pere qui l'encourage d'aller sur le pot

Rassurer et féliciter lors de son acquisition

Au début, il est de ne pas banaliser les réussites et de vraiment féliciter le tout petit quand il arrive à bien faire ses besoins. Il est aussi important de les rassurer : faire ses besoins seul ne signifie pas qu’on va partager moins de choses avec ses parents ou faire moins de câlins (puisque le moment du change est généralement un moment d’échange). On peut remplacer cela par des petits moments de massage par exemple. Bien entendu, en cas d’accident, on rassure, on relativise et on se concentre sur les réussites à venir.

Devenir propre pas à pas

On évite évidemment de tout faire d’un seul coup. On peut démarrer par exemple par une familiarisation avec le pot, puis quelques heures sans couche, puis une sortie sans couche mais dans lieu que l’on connaît (et où l’on sait qu’ils peuvent aller aux toilettes facilement), etc. Cela évite les changements radicaux. S’ils refusent, surtout laissez-les faire dans la couche car retenir les selles peut créer des complications de santé et d’hygiène.

Un enfant qui apprend a quitter les couches

Et s’il y a des blocages ?

Il arrive que les enfants n’y arrivent pas, en particulier pour les selles, cela peut s'avérer un passage compliqué. En cas de blocage, cela peut entraîner des constipations graves et douloureuses. Quoiqu’il arrive, si vous avez l’impression que votre enfant n’arrive pas à progresser, n’hésitez pas à contacter votre pédiatre qui pourra vous aider à comprendre si les blocages sont physiologiques ou psychologiques et vous accompagnera pour mettre en place les solutions adaptées. Vous pouvez également consulter notre article : Mon enfant a peur de faire caca.

Le développement de l'enfant est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur chez 1,2,3 kiD, alors pour plus de conseils adaptés à l'âge de votre enfant, vous pouvez vous inscrire à la newsletter 1,2,3 kiD en cliquant sur ce lien ! Cela vous prendra 2 minutes et vous ne recevrez que des infos, des astuces et des idées qui vous intéressent et plein d'autres surprises.

Une grande fille aide sa soeur de 2 ans à aller aux toilettes

Pour accompagner les enfants

La boîte de propreté : une box pour accompagner l'acquisition de la propreté. La promesse ? En 7 jours, c'est plié ! Et ça marche.

Mais où il va mon caca ? (éd. Larousse) : un livre qui explique tout sur la digestion et qui aide même à comprendre où va le caca une fois parti dans les toilettes.

La Cacabane de Pirouette Cacahouète : une cabane remplie de jeux et de coloriages… En créant un espace intime et ludique autour du pot, «ma Cacabane» facilite l’apprentissage de la propreté.

Loading...

Les articles du même auteur

scroll
Masterclass
22 MIN

C'est celui kiDikié - Marie Robert, la transmetteuse

Lancement de nos nouvelles capsules vidéo "C'est celui kiDikié" ! Aider son enfant à devenir celui qu'il...
Masterclass
23 MIN

C'est celui kiDikié - Mathias Malzieu, le raconteur d'histoires

"C'est celui kiDikié", épisode 2.En tant que parents, nous voulons que nos enfants soient heureux et épanouis dans...
Avis d'expert
7 MIN

Développement de l'enfant à l'âge de 2 ans

Le développement enfant 2 ansLe développement de l'enfant entre 2 et 3 ansPlus les enfants grandissent, plus cela devient...

Dans le même esprit

scroll
Avis d'expert
4 MIN

Mon enfant a peur de faire caca, que faire ?

Pourquoi mon enfant a-t-il peur de faire caca ?L’acquisition globale de la propreté démarre en général autour de 18...
Livres & Jeux

Ma cacabane

Ma cacabane est une cabane en carton qui, comme son nom le laisse deviner, a pour principal atout de créer un petit espace intime et personnalisé...
Livres & Jeux

La boîte de propreté

Un tout nouveau concept créé par 2 parents qu'on adore vraiment : la boîte de propreté contient tout ce qu'il faut pour apprendre aux enfants à...