Avis d'expert

Travail et parentalité : les nouveaux défis du 21ème siècle

parents
14 MIN

Le parent, l'enfant et le travail : l'équation impossible ?

Les défis de la parentalité au 21ème siècle et l'impact sur la vie professionnelle

Les débats autour de l'éducation et du rôle du parent ne manquent pas. Il suffit de voir le nombre d'ouvrages au rayon "Parentalité" pour se rendre compte que c'est une vraie source de préoccupation et que les débats sur la question n'ont pas encore fini de faire couler de l'encre

Élever un enfant au 21ème siècle est complexe. Il ne s'agit pas de dénigrer les compétences parentales, ni des sous-estimer difficultés auxquelles les générations précédentes ont dû faire face. On constate simplement qu'il existe un véritable décalage entre le fonctionnement de notre société occidentale et les besoins de enfants et - par extension- ceux des parents.

Pressions sur les Parents au 21e Siècle

Les parents qui travaillent doivent être présents sur tous les fronts

Pressions sur les Parents au 21e Siècle

Ces défis, les parents ont, jusqu'à aujourd'hui, décidé de les assumer. Ils n'attendent rien ou peu de choses de leurs entreprises. Après tout, devenir parent est un choix personnel, cela fait partie de la vie privée. 

77 % des parents affirment que c'est compliqué de concilier leur vie de travailleur et leur vie de parent.

Pourtant, une étude récente menée par l'institut de sondage YouGov auprès d'environ 900 salariés en 2023 confirme que les difficultés sont réelles : 77 % affirment que c'est compliqué de concilier leur vie de travailleur et leur vie de parent. L'ampleur du chiffre interpelle, surtout qu'il s'agit d'une moyenne qui inclut toutes les catégories socio-professionnelles.

Le bien-être des salariés dépend de la réponse pertinente des entreprises face à ces défis de parentalité en entreprise.

Mais alors, qui est responsable ? Aujourd'hui, les employés n'attendent pas grand-chose de leur entreprise. Ils assument leur choix de devenir parent et considèrent que c'est à eux de s'adapter. Cependant, cela ne peut pas fonctionner car de nombreux paramètres viennent ébranler le fonctionnement de l'entreprise

  • Les parents sont plus isolés : les grands-parents, la famille proche, la communauté ne participent plus à l'éducation au quotidien comme c'était le cas avant. Les parents sont donc plus seuls.
  • Les couples ne sont plus une entité économique à part entière : la plupart du temps, les deux parents travaillent, sans compter les parents solos. Les parents ont donc moins de temps à disposition.
  • Les attentes vis-à-vis des parents ont changé : l'école est en pleine transformation, les défis éducatifs sont nombreux (écologie, numérique). Les avancées dans le domaine des neurosciences amènent également les parents à se poser beaucoup de questions sur l'éducation. Les parents ont donc plus de questionnements sur l'éducation.

La conciliation est-elle alors possible ? Peut-on vivre sereinement sa vie de parent en entreprise ? Les salariés parents - particulièrement les générations plus jeunes - semblent avoir fait leur choix. Alors que l'on pense les salariés revendicatifs et exigeants, en réalité, ils n'attendent pas grand-chose de l'entreprise. Ils s'adaptent :

  • Ils se remettent à l'ouvrage en dehors des heures de travail.
  • Ils adaptent leurs congés et leur temps de travail, renoncent à des projets, délèguent.
  • Ils font le choix de changer leur logistique de manière radicale (particulièrement la Gen Z)

Les salariés vont donc faire des choix personnels pour s'assurer de pouvoir tout concilier. Cela signifie que l'entreprise n'a pas besoin de s'en inquiéter ? Au contraire, c'est symptomatique d'un système dans lequel le travail salarié semble incompatible avec la vie familiale : les talents ne s'épanouissent plus en entreprise. Au mieux, ils s'en vont, au pire, ils craquent.


La santé mentale des parents a été mise à mal par les nouveaux modes de travail imposés par la Covid.

Le télétravail et la flexibilité imposés par la Covid n'ont pas amélioré la situation. Certaines entreprises y ont vu un avantage clair pour ceux qui souhaitent être plus présents auprès de leurs familles. Cependant, cela ne s'applique pas à tout le monde : la flexibilité implique des limites moins claires et c'est souvent la qualité de vie qui en pâtit plus que la qualité du travail. 

L'étude de 1,2,3 kiD en collaboration avec The Boson Project et The Helpr met en exergue le fait que la Covid et les périodes de confinement successives ont été une prise de conscience pour les parents : ils sont plus conscients de leurs limites et moins enclins à tout accepter. Devoir gérer le cadre familial et professionnel quand les frontières physiques n'existent plus a été un vrai tsunami pour certains parents. Certains salariés parents ont vraiment mal vécu cette période, loin de leur apporter l'équilibre qu'on leur avait promis.

Soutenir la parentalité pour servir la performance de l'entreprise

L'étude "Travail et Parentalité" met également en exergue que cette question du bien-être des parents en entreprise est en réalité au centre de toutes les inégalités :

  • Des inégalités de genre : en raison des conséquences plus directes de la parentalité sur les mères, mais également de la charge logistique qui est toujours largement portée par les mères.
  • Des inégalités entre les générations : entre 30 et 40 ans on accumule les responsabilités professionnelles et les responsabilités parentales tandis que l'on continue à intégrer avec difficultés les plus jeunes et les plus seniors.
  • Des inégalités sociales: que ce soit en raison du coût des modes de garde ou des contraintes liées à l'emploi (horaires et présence sur site pour les métiers de la vente ou de soignants par exemple), les catégories socio-professionnelles plus modestes pâtissent du manque de considération de leur statut.

Les nouvelles générations cassent les stéréotypes sur l'articulation vie pro/vie perso

Si la génération Y ne se sent jamais au bon endroit au bon moment que cela soit à la maison ou au travail, des signaux faibles laissent penser que les nouvelles générations acceptent moins cette forme de compromis, source d'éternelle insatisfaction. Ils ne veulent pas de la culpabilité et ils sont prêts à faire des choix plus radicaux : déménager ou quitter son emploi est envisageable si cela aide à trouver un meilleur équilibre.

Un enjeu d'attractivité dans un contexte de pénurie des talents

Les entreprises doivent donc réagir pour pouvoir attirer les talents et rester compétitif sur le marché du travail, particulièrement les talents féminins. La famille est se transforme, les emplois et les politiques sociales des entreprises aussi doivent évoluer pour éviter d'aggraver la pénurie de talents. Prendre soin de la santé mentale des salariés n'est pas un luxe, mais un vrai investissement sur le long terme nécessaire pour les entreprises.

Parentalité en entreprise : le parcours parent ne s'arrête pas aux congés maternité et paternité

Le congé de maternité, le congé paternité, le congé parental mais pas que...

Certes, en matière de parentalité, le congé de maternité est la partie la plus visible: il faut gérer les absences en entreprise, s'habituer à ce changement de vie, respecter le code du travail et les obligations légales, etc. Pour l'individu, comme pour l'entreprise c'est un moment clé.

Les évolutions récentes en matière de congés de paternité sont déjà une grande avancée qui permettra (on l'espère) de réduire le fossé qui se crée entre le père et la mère au moment de la naissance. Il est clair que le temps dédié au nouveau-né après la naissance est la genèse des différences en termes de responsabilités logistiques par la suite : le mère est plus présente lors du congé de maternité, donc plus habituée à prendre les initiatives en ce qui concerne les soins du nouveau-né et dans de nombreuses situations, cela continue d'être le cas, même après la reprise du travail

Le moment du retour est également un moment charnière : souvent les mères portent la culpabilité de leur absence et se sentent obligée de montrer qu'elles peuvent tout gérer - comme avant. Or, on ne peut pas négliger l'ampleur du changement (logistique, psychologique, physiologique,...). C'est aussi très variable d'une personne à l'autre. Créer un climat de confiance est essentiel.

Il faut préparer ce retour, comme on le ferait pour un sportif : évaluer, fixer des objectifs clairs, coacher, accompagner et surtout faire preuve d'adaptabilité dans les premiers mois. Il existe parfois une différence fondamentale entre ce que l'on pense vouloir et la vraie vie.

Le projet de parentalité, un moment de vie passé sous silence

Pourtant, d'autres moments de la parentalité demandent également un accompagnement de la part de l'entreprise. La décision de devenir parent peut s'avérer être un parcours compliqué pour certains parents. Bien que cela fasse partie de la sphère privée, il se peut que cela affecte votre employé.

Chacun est différent mais devoir passer sous silence un moment de notre vie qui nous affecte forcément dans notre travail. Si d'ailleurs cette période est ponctuée de difficultés comme des fausse-couches, cela peut créer des tensions très importantes : bien que cela soit de l'ordre de l'intime les implications physiologiques et psychologiques vont avoir un impact sur la vie au travail.

La routine quotidienne : le vrai défi des parents

C'est là que l'étude apporte un éclairage intéressant. Lorsque l'on demande aux parents à quel moment de leur parentalité ils ont eu le plus besoin d'aide, ils évoquent "La routine au travail en étant parent" (39% des répondants). La retour au travail vient en deuxième position mais avec seulement 22%. Car en effet, passés la grossesse et le congé parental, les actes du quotidiens ont beau devenir banaux, ils n'en restent pas moins une contrainte incompressible. Le rapport à l'espace temps change lorsque l'on devient parent mais les rythmes de travail, eux restent les mêmes, ce qui explique cette perception des parents. C'est à eux de s'adapter mais leur pouvoir d'influence à des limites.

Concilier parentalité et vie professionnelle : les contraintes sociales

Il faut dire que la question est complexe.

D'une part, il y a la réalité économique: assurer les besoins en revenus pour le foyer. La venue d'un enfant est une charge, il faut travailler, pour pouvoir travailler il faut le faire garder, le faire garder est une charge économique. C'est souvent un vrai casse-tête d'autant plus problématique dans les familles mono-parentales et source d'accroissement des inégalités de la répartition des tâches dans les couples hétérosexuels.

D'autre part, il y a la réalité des besoins de l'enfant: assurer des moments de qualité quotidiens, être présent quand ça ne va pas, accompagner les devoirs, les passions au travers des activités extra-scolaires, etc. Cette pression du rôle parental a par ailleurs pris de l'ampleur durant les 10 dernières années : les progrès en neurosciences ont notamment accru la responsabilité parentale sans pour autant que l'on explique aux parents pourquoi ni comment faire.

La pression sur les salariés parents est donc psychologique, physiologique, sociologique et... logistique ! Le rapport à l'espace et au temps change profondément et pourtant les contraintes de ce point de vue dans l'univers professionnel restent les mêmes. Le parent adapte donc sa vie privée pour qu'elle puisse co-exister avec sa vie pro. C'est normal, selon les générations X. C'est compliqué pour les générations Y. Si cela devient trop contraignant, on arrête pour les générations Z. C'est donc bien le changement du rapport au travail qui change le rapport à la parentalité. 

Parentalité en entreprise : comment concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle ?

Si la gestion de l'équilibre reste complexe, rien ne sert d'être fataliste. A partir du moment où l'on prend conscience des problématiques, on peut trouver une approche pour une meilleure conciliation mais tout ne peut pas reposer uniquement sur le parent. 

5 axes à considérer par les entreprises pour aider à mieux concilier vie pro & vie perso

  • Cultiver la culture de la bienveillance : la raison principale pour laquelle on vit mal cette situation de parent et de collaborateur, c'est principalement la culpabilité. Rien de plus difficile à vivre que le regard réprobateur des autres tandis que l'on est en train de demander de déplacer une réunion pour la 5ème fois du mois pour cause de nounou malade. C'est donc bien la culture d'entreprise qui rentre en compte ici. Le sentiment de culpabilité nuit à la performance et se sentir compris c'est déjà alléger la charge ment
  • Anticiper et adapter la répartition du travail : le rapport à la performance reste évidemment au centre de la vie professionnelle. Du moment qu'on évoque la parentalité en entreprise, on doit alors réfléchir à ce qui est attendu de l'employé : les objectifs sont-ils réalistes ? Certains modes de travail peuvent-ils être revus pour améliorer le rendement des parents qui travaillent ? Y a-t-il des moments avec des conflits d'agenda que l'ont peut anticiper (par exemple : la rentrée) ? En cas de changements de dernières minutes, quels sont les alternatives ? S'adapter aux parents en entreprise c'est simplement anticiper pour créer les meilleurs conditions de travail possibles pour maximiser la productivité des heures travailler.
  • Former les managers : quand on devient manager, on a souvent l'expertise de son domaine de travail mais en aucun cas on est équipé pour aborder ces sujets intimes en entretien tout en restant dans la sphère professionnelle. Un manager qui comprend, c'est aussi un grand pas en avan
  • Accompagner les transitions : le nerf de la guerre c'est la confiance en soi. Quand on revient de congé de maternité, on a évidemment besoin de s'adapter aux nouveaux rythmes et de reconstruire sa confiance en soi. On tend à négliger que le retour doit se faire en douceur : un sportif de haut niveau qui reprend l'entrainement après un arrêt ne va pas battre des records du monde dès son retour. Cela se prépare ! Mais il y également d'autres transitions qui peuvent demander de l'accompagnement (une séparation, un nouvel emploi, etc.) : dans le schéma organisationnel bien rôdé des parents, chaque changement est délicat. Il est important de mettre à disposition des espaces de soutiens qui sont à disposition si les parents le souhaitent.
  • Offrir des outils : l'entreprise a-t-elle son mot à dire sur l'éducation des enfants ? Certainement pas. En revanche, elle peut faciliter l'accès aux solutions pour les parents qui travaillent en leur proposants des ressources pour faciliter les modes de garde, le soutien scolaire voire même des applications pour répondre aux questions éducatives qui les préoccupent. Car oui, quand l'enfant a un problème, le parent cherche des solutions aussi pendant ses heures de travail et ce n'est pas incohérent de fournir des boites à outils qui facilitent la vie des parents.

Vos réflexions sur le soutien à la parentalité pour servir la performance de l'entreprise

Vous êtres intrigué par le sujet ? Répondez à notre petit questionnaire pour guider votre réflexion sur le sujet.

Les articles du même auteur

scroll
Masterclass
22 MIN

C'est celui kiDikié - Marie Robert, la transmetteuse

Lancement de nos nouvelles capsules vidéo "C'est celui kiDikié" ! Aider son enfant à devenir celui qu'il...
Masterclass
23 MIN

C'est celui kiDikié - Mathias Malzieu, le raconteur d'histoires

"C'est celui kiDikié", épisode 2.En tant que parents, nous voulons que nos enfants soient heureux et épanouis dans...
Avis d'expert
16 MIN

La sélection des meilleurs jeux de société : le guide âge par âge

Trouver des idées cadeaux pour les enfants est parfois un vrai casse-tête. Que vous soyiez parents, grands-parents, oncles, tantes ou...

Dans le même esprit

scroll
Activité
20 MIN

30 lieux extraordinaires | Jeu à imprimer

La planète recèle de lieux extraordinaires naturels ou créés par les êtres humains, qu'il s'agisse de...
Avis d'expert
10 MIN

Burn-out parental : pourquoi y a-t-il de plus en plus de parents qui craquent ?

Le burn-out, un nouveau phénomène ?Cela fait plusieurs années que l'on entend de plus en plus parler de burn-out que cela...
Masterclass
44 MIN

Comment faire quand les devoirs deviennent un enfer

Qu'on le veuille au nom, les devoirs font partie du parcours scolaire. Si quand les enfants sont jeunes, ils trouvent cela amusant, cela peut vite se...

Notes & références

Etude Travail et Parentalité, réalisée par YouGov (2023). 1,2,3 kiD, The Boson Project, The Helpr.