Avis d'expert

Se faire obéir sans crier de manière concrète

parents
26 MIN

Comment se faire obéir sans crier ?

Avant de devenir parent, vous vous étiez promis de ne jamais lever le ton et de ne surtout pas crier. C'était facile quand ils étaient bébé, mais vous avez été rattrapé par la réalité, car non seulement, ça fait du bien de crier des fois mais en plus il arrive que ça marche... Alors peut-on vraiment se faire obéir sans crier ?

Ce n'est pas facile, mais c'est tout à fait possible. Cela commence par sortir de sa position d'adulte et savoir se mettre à la hauteur de son enfant et utiliser une communication qu'il peut comprendre. Souvenez-vous que la logique des enfants n’est pas celle des adultes, et en fonction de l'envergure de la situation vous devez apprendre à adapter votre approche pour l'inciter à coopérer au lieu de résister à vos demandes. Nous avons en revanche, un énorme avantage : nous avons nous aussi été des enfants ! Il est donc plus facile pour nous de nous mettre à leur place que pour eux de se mettre à la nôtre.

Dans cet article de blog nous allons vous montrer 12 astuces pour se faire obéir sans crier. Sachez qu'aujourd'hui les études sur les neurosciences se multiplient pour nous alerter sur les conséquences dévastatrices si l'on n'arrive pas à éduquer sans crier. Cependant, il n'y a pas de preuves irréfutables sur le sujet et en pratique nous ne sommes pas infaillibles. En revanche, il est certain que l'on se sent tous mieux si l'on n'a pas à crier. Soyez donc rassurés chers parents, les recommandations du coach offrent de nombreuses tactiques efficaces et faciles à mettre en place pour surmonter les crises.

Le plus compliqué dans ces approches, c'est de mesurer leur efficacité. Soyez patients et vous verrez progressivement des changements. Ceci dit, si vous rechutez, ce n'est pas grave mais essayez de relever les progrès pour nourrir votre motivation et maintenir le cap.

En appliquant ces astuces vous allez commencer à voir des changements dans le comportement de vos petits et le vôtre au cours des prochaines semaines. Vous verrez également une diminution de colères et de frustrations. Et enfin, vous verrez : se faire obéir sans crier c'est possible !

Comment trouver l'équilibre entre contrôler nos enfants et leur donner de la liberté

deux filles se disputent dans le bac à sable

Notre rôle de parent est de mettre nos enfants sur la bonne voie, de les protéger. Quand ils sont bébés, ils sont entièrement dépendants de nous. On a ensuite du mal à trouver la frontière entre garder le contrôle et les laisser apprendre par eux-mêmes.

Si on regarde les choses de manière manichéenne et qu'on définit qu'il y a d'un côté le contrôle et de l'autre l'autonomie, on se retrouve avec le dilemme suivant :

  • D'une part, contrôler les enfants par des menaces et des punitions peut les amener à se faire obéir sans crier gare, mais cela étouffe aussi leur créativité, leur autodétermination et leur responsabilité.

  • D'autre part, leur donner carte blanche peut conduire au chaos et à l'anarchie, mais cela leur permet aussi de devenir des individus compétents et autonomes.  

Alors, qu'est-ce qui est le mieux ? La réponse, bien sûr, n'est pas noire ou blanche. Chaque famille doit décider de ce qui est le mieux pour tout le monde en fonction de ses besoins et de sa situation. Cependant, il est important de se rappeler que notre objectif ultime devrait être d'essayer de faire en sorte que le chemin vers l'âge adulte de manière plus ou moins sereine et équilibrée. On les espère également capables de penser par eux-mêmes et de faire de bons choix. Dans cette optique, nous devons nous efforcer de fournir à nos enfants les outils dont ils ont besoin pour devenir des individus confiants et indépendants, tout en conservant un niveau de contrôle sain. Si nous n'arrivons pas à nous contrôler, il y a des chances qu'ils reproduisent cette impulsivité.

Après tout, notre objectif n'est pas d'élever des personnes semblables à des robots qui nous obéissent aveuglément, mais plutôt des individus disposant d'un esprit critique libre comme des fondateurs ou des pionniers qui cherchent à se frayer leur propre chemin.

Est-ce que votre réaction fait que votre enfant vous résiste ?

Une maman au bout force son fils

On ne va pas se mentir : plus notre enfant nous résiste, plus on lui résiste, plus il nous résiste. S'il refuse d'obéir et que nous nous opposons à son opposition, nous allons créer une situation d'adversité. Et on finit par être dans une situation où si l'un gagne, l'autre perd.

En revanche, on peut aussi éviter dans de nombreuses situations de rentrer dans les conflits et créer un climat de coopération. On est tous du même côté, on veut tous la même chose. Pas la peine de se battre. On est d'accord, sur le papier, c'est facile à dire. Souvent tout se passe inconsciemment et très rapidement : soit ils pensent que nous sommes contre eux, soit ils pensent que nous sommes avec eux.

Il est intéressant de noter que lorsque nous sommes perçus comme un adversaire, les zones les plus primitives entrent en jeu, ce qui provoque la colère de ceux qui nous entourent. Si on garde son calme et qu'on arrive à ne pas rentrer dans la zone de conflit, cela donner plus de temps à l'enfant pour réfléchir et de voir pourquoi nos demandes sont légitimes.

Cette connaissance est importante car elle nous aide à comprendre comment nous pouvons nous faire obéir sans crier. Lorsque notre enfant nous perçoit comme un adversaire, il est susceptible de se défendre, mais s'il nous voit comme un joueur utile, il est plus susceptible de coopérer. Par conséquent, en étant conscient de la façon dont nos actions affectent la perception que notre enfant a de nous, nous pouvons choisir de répondre d'une manière qui est plus susceptible de conduire à un résultat positif.

Crier sur ses enfants : ce que dit la recherche

Aujourd'hui l'état détermine si l'on est un parent maltraitant ou pas. Cela dit l'éducation n'est pas une science exacte dans le sens où il y a de nombreux facteurs qui vont influencer le résultat final. On ne peut donc mesurer que les extrêmes. Les études qui attestent des effets de la fessée, la gifle, etc. ne prennent en compte que les conséquences si cet acte est répété. Et encore : l'intention est un élément important. Parfois, on craque : ce n'était pas l'intention de départ. Il y a aussi la capacité à s'excuser.

Nous partons du principe que si vous lisez cet article, vous êtes par définition un parent bienveillant. Ne vous sentez pas visé par ces études qui parlent des enfants maltraités parce qu'il vous arrive régulièrement de crier. Il existe une différence fondamentale entre craquer et avoir la volonté de nuire.

Les cris et les violences répétés auront un impact néfaste sur les enfants : mais on parle là d'un contexte extrême où les enfants n'ont pas d'autres types de relations avec leurs parents que ces contextes de cris permanents. On peut mettre ses enfants au coin mais être très clair sur les raisons et les câliner, rire, jouer à d'autres moments. Cette nuance est fondamentale car la culpabilité est encore plus contreproductive dans l'éducation des enfants.

Ceci dit, si l'on veut se débarrasser des cris car on considère que c'est devenu une vraie plaie au sein de la famille, c'est possible.

La suite de cet article va se concentrer sur les outils pour se faire obéir sans crier :

Comment se faire obéir sans s'énerver quand on est au bout ?

Un garcon prend conscience de ses décisions

Comment se faire obéir sans crier ? C'est une question que beaucoup de parents se posent, et surtout lorsque vous vous trouvez au milieu d'une lutte de pouvoir avec votre gamin. Les cris et les hurlements s'avèrent souvent inefficaces, et nous font souvent culpabiliser après le drame. Alors c'est quoi la solution magique pour se faire obéir sans crier ?


Il est important de se rappeler que les enfants ne sont pas des mini-adultes et que leur cerveau est encore en développement. Cela signifie qu'ils ne sont pas toujours en mesure de comprendre l'importance ni l'urgence de vos demandes de la même manière qu'un adulte. Il existe cependant des moyens d'amener votre enfant à vous obéir sans avoir à élever la voix.

Voici nos conseils inspirés par les livres de la coach familiale, Candice W. Jones, autrice du livre : "High Five Discipline Positive Parenting for Happy, Healthy, Well-Beheaved Kids" et le livre : "No-Drama Discipline - The Whole Brain Way to Calm the Chaos and Nurture Your Child."

1. Les enfants ont besoin de beaucoup de répétitions

Vous vous demandez probablement souvent combien de fois vous devez répéter quelque chose pour que votre enfant apprenne, et ma réponse est : beaucoup, beaucoup et puis encore ! Mais vous verrez : soudain, un jour, après avoir répété sans cesse pendant longtemps, ça deviendra une routine. Et alors l'enfant saura que sa veste est sur le crochet et que le papier de la glace doit être jeté dans la poubelle et non sur le sol.

Ainsi, de 2 à 5 ans, nous devons répéter les instructions et les messages encore et encore, mais lorsque l'enfant atteint l'âge scolaire, vous pouvez commencer à lui donner plus de responsabilités, par exemple laisser son assiette s'il l'oublie lui-même. Vous pouvez aussi lui retourner la question sous forme de jeux : "que doit-on faire avec le papier de la glace ?!". Souvent il se prend au jeu et voient ça comme un challenge plutôt qu'une opposition.

Et puis quand l'enfant s'interroge sur la poêle sale dans l'évier, vous pouvez lui dire : "C'est vrai, tu aurais dû la mettre dans le lave-vaisselle." Mais ne lui donnez pas trop de responsabilités d'un coup - il doit sentir qu'il peut les assumer.

2. Instaurer des routines ou des règles de la maison

Maman exerce son autorité sans problème

Les routines sont importantes pour le développement des enfants, car elles leur procurent un sentiment de sécurité et les aident à se sentir maîtres de leur environnement. Lorsqu’ils savent à quoi s'attendre, ils sont moins susceptibles de s'agiter ou d'être stressés, et ça devient naturellement plus facile de se faire obéir sans crier. L'établissement de routines dès le plus jeune âge peut également les aider à développer des habitudes positives qui leur serviront tout au long de leur vie.

Un autre conseil pour améliorer et rendre plus efficaces les leçons pratiques est de les transformer en une forme de jeu. De cette façon, ils deviennent à la fois pertinents et peut-être même passionnants pour votre enfant.

Par exemple, vous pouvez montrer ce qui se passe lorsque son nounours passe la porte. Nous entrons et :

  1. Nounours enlève ses chaussures et les pose sur le paillasson ;

  2. Nounours accroche sa veste sur le crochet ;

  3. Nounours prend son pique-nique dans la cuisine et BIM !

  4. Alors Nounours peut aller jouer [maintenant] .

Ensuite, vous pouvez demander à l'enfant d'aider nounours à se souvenir de la rime "1, 2, 3 - bingo !" et ainsi apprendre la routine lui-même. Apprendre par la pratique est, d'un point de vue cérébral, la manière la plus intelligente d'apprendre.


3. Exprimer ses propres émotions à son enfant

maman au bout explique à sa fille

En matière d'éducation, l'une des choses les plus efficaces que nous puissions faire est d'être ouverts et honnêtes sur ce que nous ressentons. En parlant ouvertement de vos émotions, vous aidez vos enfants à apprendre à faire de même. Cela leur permet non seulement de mieux comprendre et gérer leurs propres émotions, mais aussi de leur apprendre de l'empathie et à communiquer efficacement.


Quelques conseils pour exprimer vos émotions à votre enfant :

- Utilisez des énoncés en "je", comme "Je me sens en colère quand tu me frappes" Cela aidera l'enfant à comprendre que ce sentiment vient de vous, et non d'eux.

- Essayez de rester calme et évitez de crier. Ils apprennent mieux lorsqu'ils se sentent en sécurité et en sécurité, et crier peut les effrayer.

- Soyez précis sur ce que vous ressentez. Par exemple, "Je suis triste quand tu m'ignores" est préférable à "Je me sens mal quand tu fais ça"

- Évitez d'étiqueter les émotions de votre enfant. Par exemple au lieu de dire "Tu es un pleurnichard", essayez "Je vois que tu es vraiment triste en ce moment".

4. Une petite personne = une petite liste de tâches

Une fille fait la vaisselle

Il est important de garder les tâches simples pour les enfants afin d'éviter qu'ils ne s'embrouillent. La fatigue est la raison principale pour laquelle vous ne devriez leur demander d'effectuer que quelques tâches à la fois.

Lorsqu'on leur demande de faire trop de choses, ils peuvent facilement se sentir dépassés ou frustré que vous leur demandez autant ! Cela peut provoquer des colères ou de la tristesse, ce qui est contre-productif bien sûr. Alors rappelez-vous qu'il est préférable de s'en tenir à un nombre limité de tâches, et n'oubliez pas de féliciter leur bon comportement quand ils effectuent une tâche contre leur volonté.

5. Faites appel à un intermédiaire de confiance : ses peluches !

Maman utilise des peluche pour expliquer à sa fille

L'utilisation de ses peluches peut être un excellent moyen d'expliquer vos demandes, les règles de la maison, ou les conséquences de certaines actions, à votre enfant. C'est une façon d'aider l'enfant à comprendre d'une manière moins frontale. Cela est particulièrement utile lorsqu'il est contrarié par quelque chose. Vous pouvez utiliser les animaux en peluche pour mettre en scène une histoire qui aidera l'enfant à comprendre ce qui se passe.

Par exemple, si vous voulez expliquer l'importance de se laver les mains avant de manger, vous pouvez utiliser deux animaux en peluche. L'un sera le "microbe" et l'autre la "main". Le microbe essaiera de grimper sur la main pour la salir et la main devra se laver avec de l'eau et du savon pour se débarrasser du microbe.

Ou si votre enfant ne veut pas aller se coucher : vous pouvez utiliser ses peluches pour montrer ce qui se passera s'il ne va pas au lit assez tôt. L'une des peluches peut représenter l'enfant et vous pouvez utiliser une autre peluche pour représenter la fatigue qui va gâcher tout dans la vie de l'enfant le lendemain.

Vous pouvez également utiliser les animaux en peluche pour aider l'enfant à comprendre les règles de la maison. Par exemple, si vous ne voulez pas que votre enfant frappe, vous pouvez avoir deux peluches, une qui frappe et une qui se blesse. Montrez à l'enfant ce qui se passe lorsqu'une peluche frappe un autre jouet. Sur-dramatier est vivement conseillé alors n'hésitez pas à simuler des pleurs et des gémissements pour bien enchanter votre spectateur !

6. Savoir s'excuser auprès de nos enfants : parce que l'erreur est humaine

Oui, bien sûr que c'est vous le chef !

Mais en tant que parents nous devons aussi savoir reconnaître nos erreurs et assumer quand nous avons exagéré. Présenter des excuses lorsque nous commettons des erreurs est donc très conseillé, car cela montre que sommes humains et que nous admettons que nous ne sommes pas parfaits. Cela apprend également aux enfants l'importance de s'excuser et d'assumer la responsabilité de leurs actes. Quand vous adoptez ce comportement, vous donnez un bon exemple à suivre.

Vous n'êtes pas obligé d'aller prendre une glace ou de lui acheter un cadeau à chaque fois que vous avez exagéré ou dépassé vos propres limites mais des excuses sincères suffiront. Admettez simplement que vous avez fait une erreur, que vous êtes désolé et que vous tenez à ne pas recommencer à l'avenir. Vous montrerez ainsi à votre enfant qu'il n'y a pas de mal à faire des erreurs - nous en faisons tous.

En outre, le fait de présenter des excuses aux enfants peut contribuer à instaurer la confiance et à favoriser la communication. Enfin, en présentant des excuses, vous montrez à votre enfant que vous vous souciez d'eux et de leurs sentiments. Par conséquent, les excuses sont un outil important dont vous devriez vous en servir le plus souvent possible pour amener plus de sincérité dans votre façon d'éduquer.

7. Soyez sur la même longueur d'onde avec le co-parent en termes de style de parentalité

De nombreux parents ont des idées différentes sur la meilleure façon d'élever leurs enfants. Cependant, si les deux parents parviennent à se mettre d'accord et à être sur la même longueur d'onde, cela peut être très bénéfique pour l'enfant.

Lorsque les parents ne sont pas d'accord sur la façon d'élever leurs enfants, cela peut entraîner des tensions et des conflits à la maison. Ce n'est pas bon pour l'enfant, car il ne sait pas toujours quelles sont les règles à suivre. En outre, l'enfant peut avoir l'impression d'être responsable du désaccord entre sa mère et son père.

Si vous pouvez vous mettre d'accord sur un style parental et vous y tenir, les choses seront beaucoup plus faciles pour votre enfant. Il saura ce que vous attendez de lui et n'aura pas à s'inquiéter de faire plaisir à un parent au détriment de l'autre. Ce type de stabilité est très important et rassurant pour le développement de l'enfant.

Si vous êtes séparés et que la situation est conflictuelle avec le co-parent, essayez d'articuler clairement auprès de votre enfant que les règles chez vous sont ce qu'elles sont, et que cela ne changera pas même si cela est différent quand il va chez l'autre parent.

Les avantages d'élever des enfants avec une communication non violente

Une famille fait la lessive ensemble

Encore une fois, soyons capables de nuancer. La communication non-violente est un outil utile uniquement si l'on comprend à quoi il sert et comment l'utiliser. D'abord à quoi cela sert :

  • La communication non violente aide à établir une connexion avec l'enfant, qui fait écho à la connexion avec notre propre enfant intérieur

  • Elle nous permet de supprimer les étiquettes et les jugements sur la personne afin de mieux la connaître.

  • Elle donne de l'ampleur et de l'authenticité à l'expression de l'amour inconditionnel.

  • Elle aiguise notre "radar" pour identifier les "pôles empathiques" que les enfants ou les proches nous tendent

  • Avec la CNV, nous sommes capables d'accepter des actions ou des comportements que nous n'aimons pas, tout en gardant la porte ouverte aux émotions et aux besoins de chacun

  • La CNV transforme le conflit en une occasion de communiquer sans blâmer

  • Elle nous permet de fixer des limites/établir des règles en donnant du sens par la collaboration

  • Elle facilite l'auto-empathie pour accepter nos imperfections et réduire la pression.

Ensuite comment on l'utilise ? Il y a de nombreux préceptes à la CNV mais ceux-ci nous semble les plus pertinents à intégrer.

Les conséquences potentielles si vous n'arrivez pas à faire en sorte que votre enfant coopère

Si les parents ne parviennent pas à faire en sorte que leurs enfants les écoutent, cela peut entraîner de la frustration et de la colère. Le parent peut alors se sentir dépassé et épuisé, ce qui peut entraîner d'autres problèmes de comportement chez un enfant.

Dans les cas extrêmes, le parent peut avoir recours à des cris ou à des punitions physiques pour que l'enfant se conforme aux règles. Cela peut nuire à la relation entre le parent et l'enfant et entraîner d'autres problèmes de comportement à l'avenir. Il est donc important que vous trouviez les moyens d'amener vos enfants à vous écouter sans recourir à des méthodes de discipline négatives.

Par ailleurs, dans l'extrême des cas, les conflits constants avec un enfant peuvent engendrer de nombreux problèmes dans la vie familiale et potentiellement mener à un burn-out parental.

Voici les premiers symptômes du burnout parental

Burn-out parental

1. Une baisse d'énergie

Le manque d'énergie que les parents ressentent lorsqu'ils n'arrivent pas à faire écouter leurs enfants est intense et dévorant.

Cette situation peut être incroyablement frustrante et décourageante, et de nombreux parents ont l'impression d'échouer. De plus, quand l'énergie part, l'humour part avec, et cela devient très difficile d'être souriant et fonctionnel au travail et à la maison. C'est pourquoi apprendre à se faire obéir sans crier est crucial pour s'épanouir en tant que parent.

2. De l'irritabilité et de la colère

Quand vous vous mettez en colère, votre corps produit des niveaux élevés de cortisol qui peuvent être nocifs pour votre organisme. Cette hormone est responsable de la mobilisation du système immunitaire et lorsqu'elle est surproduite, il peut être difficile pour vous de vous concentrer sur autre chose. De plus, la colère peut perturber l'équilibre du sucre dans le corps et entraîner des problèmes de santé.

3. La négligence ou de la maltraitance

Un autre symptôme avant la chute est la négligence...

Quand vous avez ras le bol qu'ils ne vous écoutent pas : cela peut engendrer à ce que vous négliger votre enfant. Cela peut entraîner des dommages émotionnels ou physiques chez l'enfant, et avoir des conséquences à long terme.

La négligence peut également entraîner un isolement social et des problèmes scolaires chez l'enfant. Dans cette optique, il est très important qu'un parent se fasse aider s'il se sent dépassé, afin qu'il puisse continuer à s'occuper correctement de son enfant.

4. Le manque de confiance en vous

Si l'on n'arrive pas à se faire obéir sans crier on risque de perdre confiance en soi en tant que parent. Et malheureusement : les parents qui manquent de confiance dans leurs compétences parentales sont souvent moins heureux que ceux qui se sentent confiants.

Ces parents peuvent se sentir coupables, et avoir tendance à se comparer aux autres et avoir peur du jugement. De plus, ils n'osent pas suivre leur instinct et se laissent plus facilement influencer par les commentaires de leur entourage.

5. L'intensification des dépendances : caféine, alcool, cigarettes, fast-food

Quand vous êtes en état d'épuisement parental, il peut être difficile pour vous de contrôler vos petits. En effet, vous n'êtes pas en mesure de communiquer efficacement avec eux. Ils peuvent alors devenir désobéissants voire insolents. Au final, cela peut éventuellement vous conduire à vous auto-détruire à petit feu.  

Dans certains cas, l'épuisement parental peut également déclencher ou aggraver des dépendances à la caféine, à l'alcool, aux cigarettes ou pire... aux substances stupéfiantes.

Et cela peut compliquer davantage la situation et le rendre encore plus difficile pour les parents de se faire obéir sans crier, car ils seront déjà au bout du rouleau.

Si vous, ou quelqu'un que vous connaissez, éprouvez l'un des symptômes décrits, il peut être judicieux de demander l'aide d'un professionnel ou au moins de votre famille où à votre entourage. Il existe de nombreuses ressources qui peuvent vous aider. Nous vous recommandons d'abord que vous lisiez l'un des livres les plus recommandés sur le burn-out parental, "Le Burn-out parental : L’éviter et s’en sortir" par Moïra Mikolajczak, Isabelle Roskam.

Vous y trouverez un test que vous pouvez utiliser pour mesurer et identifier votre taux de stress, et ainsi voir quelles actions entreprendre par la suite.

6. Des difficultés conjugales

Quand vous et votre conjoint(e) ne parvenez pas à vous mettre d'accord sur la façon d'élever vos enfants, cela peut avoir un impact anéantissant sur votre couple. En effet, les désaccords sur l'éducation des enfants peuvent entraîner des tensions et des conflits dans la relation, ce qui peut finir par ruiner le lien entre les parents.

En outre, si vous vous disputez constamment sur la façon d'élever vos gamins, il peut être très difficile pour eux de s'adapter et ils peuvent finir par se sentir pris au milieu. Par conséquent, il est important que les couples essaient de résoudre leurs désaccords parentaux le plus rapidement possible afin que chacun puisse recommencer à s'entendre.

Comment faire quand mon enfant ne m'écoute pas ?

Un père explique à son fils

1. Communiquer avec de la compassion

Lorsque l'on communique avec compassion, on envoie un message clair à ses gamins : qu'ils sont aimés et soutenus. Ce type de communication contribue à réduire votre niveau de stress et celui de votre enfant, et crée un environnement plus positif dans lequel il peut apprendre et grandir en sécurité.

Une communication empreinte de compassion vous permet également d'établir un climat de confiance et de respect avec votre enfant. Lorsqu'il se sent en sécurité et aimés, il sera plus enclin à s'ouvrir et à écouter ce que vous lui dites. En ce faisant, ça devient beaucoup plus facile de se faire obéir sans crier. Et enfin, ce type de communication crée une base solide pour des relations saines et enrichissantes.

2. Reconnaissez et validez avec bienveillance

Lorsque nous reconnaissons et validons les émotions de notre enfant, nous lui disons que ses sentiments comptent. Cela l'aide à se sentir entendu et compris, ce qui l'encourage à nous écouter.

La reconnaissance des émotions renforce également la relation parent enfant et crée une base de confiance et de coopération. En outre, elle peut l'aider à développer son intelligence émotionnelle, car il apprend à mieux se comprendre et à mieux comprendre ses réactions. En fin de compte, cela conduit à des interactions plus calmes et plus positives entre lui et ses parents.

Ce n'est pas magique, cela ne va pas interrompre une crise, mais c'est important pour les fois suivantes et cela évite de se mettre à bout.

3. Écoutez-le et il vous écoutera

L'écoute est une voie à double sens, alors il est important de s'en souvenir lorsque l'on parle à un enfant. Si nous voulons qu'il nous écoute, nous devons aussi l'écouter, et souvent d'abord, afin qu'il nous prête son attention. Lorsque nous montrons que nous sommes intéressés par ce qu'il dit, il sera plus susceptible de nous écouter lorsque nous avons quelque chose d'important à lui dire.

Cela ne veut pas dire que nous devons toujours être d'accord avec ce que disent nos enfants. Mais si nous voulons qu'ils nous écoutent, il est important qu'ils sentent que nous les écoutons.

4. Donner une éducation qui favorise son estime de soi

Nous avons tous envie que notre enfant grandisse en ayant confiance en lui-même. Mais, quelle est la meilleure manière de garantir la confiance en soi. On ne va pas se mentir, ça commence par l'exemplarité (comme tout en matière d'éducation).

Ensuite, il s'agit de trouver le juste milieu. L'exemple par l'absurde aidera peut-être :

  • Si on ne le laisse rien faire, il va toujours se sentir incapables.

  • Si on le laisse tout faire, il risque d'échouer à faire beaucoup de choses et de se frustrer. Et enfin, il risque de finir par se sentir incapables...

Un coach sportif vous dira que pour avoir confiance en soi, il faut en moyenne 2 victoires pour 1 échec. On peut reproduire cela à la maison : toujours être dans l'observation et laisser du leste là où l'on considère que nos enfants sont capables. Et parfois les challenger, mais aussi maintenir un cadre quand les circonstances l'imposent.

La confiance en soi ce n'est pas simple : il s'agit d'aider les enfants à se sentir capable et à l'expérimenter concrètement.

De cette façon, elle ne devient pas un conflit entre deux parties. Au contraire, cela devient une situation où vous vous concentrez sur l'apprentissage de quelque chose par votre enfant, à savoir comment parler correctement. Et c'est là tout l'enjeu de l'éducation parentale : leur apprendre ce qui est la "bonne" chose à faire.

5. Anticiper les situations difficiles par avance

Restez toujours sur la même réponse et ne laissez pas la réaction de votre enfant affecter la vôtre (par exemple, lorsqu'il se met en colère, n'élevez pas la voix...). En effet, si nos réactions fluctuent, l'enfant pensera inconsciemment que ce qu'il fait fonctionne et cela renforcera son comportement négatif.

Restez donc calme et dites les choses de la manière dont vous avez décidé qu'elles vous conviennent. Il se peut que cela ne fonctionne pas toujours et que les situations se terminent par un conflit, mais vous pouvez être sûr que cela fonctionne mieux que des réactions fluctuantes (surtout sur le long terme).

Et au final : en anticipant les situations difficiles et en s'y préparant à l'avance, on peut éviter un bon nombre des problèmes qui conduisent aux crises de colère. Il ne s'agit pas de céder à toutes les demandes ou à toutes les caprices, mais d'être proactif et de comprendre ce dont nos enfants ont besoin avant qu'ils ne s'énervent.


Si nous prenons le temps de comprendre leurs besoins et leurs désirs, nous pouvons prévenir les conflits potentiels avant qu'ils ne s'aggravent. À long terme, vous et les enfants serez certainement plus heureux.

En résumé

Il n'est pas toujours facile de trouver le juste équilibre entre donner de la liberté à nos enfants et s'assurer qu'ils nous obéissent, mais il est important d'essayer d'élever des êtres capables de penser par eux-mêmes.

Crier sur ses enfants ne sert qu'à les rendre réfractaires à notre égard. Il est donc préférable d'essayer certaines de ces méthodes à la place. Et pour plus d'informations sur la gestion des émotions, visitez le site 123kid.org - vous y trouverez des articles et des vidéos utiles sur la façon de gérer les comportements difficiles sans avoir à crier ou à punir. Merci de votre lecture !

Les articles du même auteur

scroll
Avis d'expert
9 MIN

Semainier Montessori à imprimer avec pictogrammes

Des jolis semainiers à imprimerVous cherchez un moyen d'aider votre enfant à s'organiser et à apprendre à...
Avis d'expert
10 MIN

Jeux sur les émotions (21 jeux des émotions gratuits)

1,2,3 jouez !Les émotions ne sont pas seulement positives ou négatives. C'est bien plus complexe que cela. D'une part le...
Avis d'expert
7 MIN

La roue des émotions : décrypter les besoins de votre enfant

Un outil incroyable pour mieux comprendre ses besoins !La roue des émotions est un outil d'enseignement et de développement...

Dans le même esprit

scroll
Avis d'expert
10 MIN

Le blues des ados sur les réseaux sociaux, ou le FOMO

C'est quoi le FOMO ?Le FOMO chez les ados, est un phénomène de société lié à la numérisation du...
Livres & Jeux

La confiance en soi - Cahiers Filliozat

On ne présente plus Isabelle Filliozat qui est une psychologue et une psychothérapeute reconnue comme la grande spécialiste des émotions. Elle est...
Livres & Jeux

Roue des émotions

Un outil indispensable pour favoriser l'intelligence émotionnelle chez les enfantsLa roue des émotions est un outil...