Avis d'expert

Mon enfant a des complexes : comment l’accompagner ?

parents
6 MIN

“Mon enfant est mal dans sa peau”, “mon petit souffre des remarques de ses camarades”, “il est complexé” : autant de phrases qu'aucun parent ne souhaite prononcer un jour. Et pourtant, il arrive que nos enfants aient des complexes : à nous de les accompagner pour qu’ils prennent confiance en eux et qu’ils gagnent en assurance.

1,2,3 c’est parti pour quelques explications !

Mon enfant est complexé : comment est-ce possible ?

Vous souhaitez lui éviter d’être mal dans sa peau ?

Et voilà qu’il revient de l’école en prononçant la phrase fatale : “maman, je ne suis pas beau”, “maman, je suis trop petit” ou encore “maman, tout le monde se moque de mon nez”...

Des exemples de moqueries, il en existe tant, fort malheureusement.

Comment est-ce possible ?

Le sentiment d’appartenance : principal coupable

Le regard critique apparaît de manière spontanée vers l’âge de six ans, qui correspond à l’entrée en primaire. C’est aussi à ce moment qu’apparaissent les premières réflexions sur le physique, et les premiers doutes dans la tête de nos petits.

À cet âge là, ils voient comment ils sont, et sont capables de voir aussi les autres, avec leurs particularités. Ils peuvent se comparer, et ils remarquent les différences. Or, dès six ans, ils ont envie de faire partie du groupe, et ils assimilent vite ce désir à l’idée qu’ils doivent être “comme les autres”.

Le sentiment d’appartenance est essentiel pour eux. Et c’est là que les problèmes d’estime de soi commencent !

Pour être semblable aux copains, un enfant peut vouloir gommer ses différences.

La société marketing : deuxième coupable

Idéaux, stéréotypes, réseaux sociaux, publicité… Des mots qui se mêlent parfois pour  nuire à l’idée que nos enfants se font d’eux même. Les complexes sont transmis par les images d’une société lisse, constituée de personnes qui sont semblables,sans particularité physique. Une idée déformée de la réalité, qui peut impacter chaque membre de la famille.

L’enfant se forge une représentation faussée de :

  • ce qu’il faudrait être ;
  • comment se comporter ;
  • quels vêtements porter...

Son but ? Correspondre à une norme à laquelle il veut ressembler.

Ah, cette recherche permanente de la normalité… Elle en fait naître, des complexes !

Apprendre à son enfant que la différence ne doit pas entraîner le rejet est un parcours du combattant dans une société en quête de normes, et terriblement stéréotypée. L’une des solutions réside déjà dans la lutte contre les clichés.  

Nos comportements : parfois responsables

Réfléchissons : comment nous comportons-nous, nous-même ?

Avons-nous des complexes ?

Sommes-nous à l’aise avec notre corps, nos kilos superflus ou notre maigreur, nos rides débutantes ou bien présentes, nos cheveux blanchissants ?

Apprendre à être indulgent avec son image, à accepter son corps, être à l’aise avec notre personnalité : voilà l’une des clefs pour permettre à nos enfants de vaincre leurs complexes.

Alors, si nous nous acceptons tels que nous sommes, nous faisons un premier pas pour favoriser l’estime de soi de nos enfants, et… de nous mêmes ! L’apprentissage par l’exemple est considéré comme le plus efficace.

Un challenge à relever, un défi à affronter, pour des enfants bien dans leurs baskets ! Alors 1,2,3, c’est parti : chaque matin, on se lève en se disant “je m’aime comme je suis” !

Accompagner mon enfant complexé

C’est un fait : votre enfant souffre du regard des autres. Il manque de confiance en lui, et ne gère pas ses émotions lorsque ses copains l’attaquent sur une de ses particularités. Comment faire pour le guider ?

Ne pas nier sa souffrance

On le sait, avoir de l’empathie est une force. Savoir écouter son enfant dans sa souffrance permet de l'accompagner. Beaucoup de parents nient les réalités, en pensant aider les enfants à les relativiser mais la première chose à faire est de tendre l’oreille, de laisser son petit exorciser son ressenti.

La parole est libératrice, c’est bien connu. Attention toutefois à vos réactions face à l’expression de ces émotions : le “ne t’inquiète pas, ça va s’arranger”, c’est un peu comme quelqu’un qui face à un chagrin d’amour dit “tu en trouveras une autre”...

L’enfant ne se sentira pas compris. En s’exprimant, il ne cherche pas votre compassion, il souhaite trouver des solutions.

Trouver les réponses sans valider son complexe, voilà le challenge à relever !

Lui apprendre à répondre

L’une des solutions est de montrer à son enfant qu’en faisant preuve de répartie, il peut vaincre les moqueries. Bien sûr, pour qu’il soit capable de répliquer, il faut qu’il ait déjà assez de confiance en lui. Ce n’est pas toujours facile de trouver la force, et les mots.

S’il fait face à des réflexions, il peut répondre en questionnant son interlocuteur.

Faire appel aux sentiments de l’autre, le faire réfléchir, réagir, en sollicitant sa capacité à être empathique : voilà une solution.

Par exemple, votre enfant peut rétorquer “et si je me moquais de ton physique, comment te sentirais-tu ?”

Une autre solution est de jouer l’indifférence en répondant simplement :

“on ne peut pas plaire à tout le monde”.

En effet, les enfants se moquent parfois par pure provocation, ou parce que la différence les inquiète. En apportant une réponse dénuée d’émotion, le responsable de la moquerie n’aura pas obtenu l’effet escompté.

Faire appel aux figures d’attachement

Lutter contre les complexes de son enfant, c’est aussi lui montrer qu’il n’est pas le seul à avoir une particularité physique. Lui montrer des personnalités qui ont des caractéristiques physiques similaires aux siennes peut l’aider à les accepter.

Apprendre à son enfant à se valoriser

Le contexte familial est primordial. Nous devons faire attention à ne pas rabaisser nos enfants, à ne pas les comparer à leurs frères et sœurs ou à leurs copains.

Et si nos enfants parviennent à regarder leurs particularités comme de potentiels atouts, c’est gagné !

Par exemple, pour certains sports, être grand est une chance.

Chaque enfant peut développer des complexes : les critiques des autres sont parfois violentes et difficiles à supporter. Nez trop gros, pieds trop petits, yeux vairons : nombreuses sont les particularités faisant l’objet de moqueries. En préparant son enfant à avoir confiance en lui, en faisant preuve de tolérance, en relativisant, il est possible de désamorcer les complexes.

Mais si le mal être est déjà trop installé, qu’il devient trop excessif, faire appel à un spécialiste, comme un psychologue peut s’avérer nécessaire.

Pour d’autres conseils sur le développement de votre enfant, c’est par ici !


Loading...

Les articles du même auteur

scroll
Avis d'expert
6 MIN

Mon enfant ne supporte pas la critique : que faire ?

Des pleurs, des hurlements : mon enfant ne supporte pas la critique et à la moindre remarque, c’est la crise. Comment faire pour...
Avis d'expert
9 MIN

Éducation non genrée : la fin des stéréotypes ?

L’éducation non genrée fait partie de ces sujets qui traversent des polémiques, qui cristallisent les émotions et...
Avis d'expert
7 MIN

Les compétences nécessaires à nos enfants pour leur travail de demain

Le monde du travail : voilà qui semble si loin pour nos petits bouts de chou ! Et pourtant, les années filent et bientôt,...

Dans le même esprit

scroll
Livres & Jeux
10 MIN

Livres Hourra Héros

La révolution numérique permet désormais d'avoir des livres personnalisés où les personnages sont à...
Livres & Jeux
15 MIN

Pique-nique : aliments à couper

Et si on faisait comme papa ou maman quand ils préparent à manger ? Pourquoi ? Parce qu'en nous imitant, nos enfants...
Livres & Jeux
20 MIN

Inzebox Portraito - Jeu magnétique

Connaissez-vous ce jeu magnétique permettant de créer des visages aux expressions variées ? La boîte est aimantée,...