Avis d'expert

La curiosité sexuelle de nos enfants : comment y faire face ?

parents
12 MIN

Sexualité et enfant : qu'est-ce qui est normal et comment accompagner les enfants ?

Les petits ont soif de découvertes, et leur curiosité est attisée par tous les sujets. Dès le plus jeune âge, ils s’interrogent sur leur corps, sur ce qu’ils ressentent. Lorsqu’il s’agit de la curiosité sexuelle de nos enfants, nous pouvons être désarmés et ne plus savoir quel positionnement adopter. Tel ou tel autre comportement est-il normal ? Doit-on s'inquiéter ? Je suis persuadée que vous aussi, vous vous posez beaucoup de questions ! Un sujet épineux ? Non ! La sexualité ne doit pas être taboue, elle doit accompagner le développement de nos enfants, et notre rôle est de leur montrer qu’elle est naturelle mais que certaines règles sont à respecter. Il est difficile de trouver les bonnes attitudes, les bons termes pour en parler. Comment savoir ce que l’on peut dire ou laisser faire, en fonction de l’âge et du développement de chacun ?

Vous aussi, vous souhaitez y voir plus clair ? Alors, immersion totale dans 1,2,3 secondes !

La curiosité sexuelle des enfants : petit aperçu Freudien !

Au début du XXe siècle, un psychanalyste de renom révolutionne les pensées ! Allez, je le cite : l’heureux élu n’est autre que Freud ! 

À l’époque, la sexualité infantile :

  • représentait  un tabou ;
  • participait à l’indicible ;
  • n’était pas reconnue !

Freud révolutionne alors la société en annonçant que dès les premiers âges de la vie, la pulsion sexuelle fait partie intégrante de l’être.

Un cataclysme ? Oui !

Suite à sa prise de parole et à  ses écrits, de nombreux tabous peuvent se libérer ! Et pour nous, ses théories sont très intéressantes car elles  nous donnent encore aujourd’hui des clefs pour comprendre la curiosité sexuelle de nos enfants !

Etes-vous prêts pour une plongée dans la psychanalyse ?

Pour Freud, il existe trois phases majeures dans le développement psychosexuel.

De la naissance aux 15 mois de l’enfant : le stade oral  

Bébe adore téter, sucer, mordiller ?

C’est normal : il y prend un grand plaisir et ces réflexes lui permettent de se rassurer tout en appréhendant le monde. Avez-vous remarqué que les premiers mois vous passez votre temps à surveiller votre enfant afin qu’il ne porte pas un objet dangereux jusqu’à sa bouche ?

Une explication :   Freud explique que la zone érogène des bébés est la bouche !

Une étape cruciale pour bébé, qui prend connaissance de son environnement.

De 15 mois à 3 ans : le stade anal

Freud fait un parallèle entre la deuxième étape du développement psychosexuel des enfants et :

  • l’apprentissage de la marche ;
  • l’acquisition du langage ;
  • l’apprentissage de la propreté.

Au stade anal, les premières confrontations ont souvent lieu : l’enfant a compris qu’il pouvait contrôler ses sphincters et décider seul. Bouleversement assuré dans la famille !

Bébé se rebiffe !  

Il ressent du plaisir lors de la libération des selles sur les toilettes. Parfois, des difficultés sont rencontrées lors de cette période : faites-vous partie des parents dont les enfants refusent de faire caca sur le trône ? 

De 3 ans à 6 ans : le stade phallique 

Une terminologie savante pour parler de cette dernière étape ! 

Entre 3 et 6 ans, nos enfants vont se rendre compte d’une réalité bien connue : les parties génitales sont des sources de plaisir et les toucher, les caresser ou les frotter provoque des sensations de réconfort et d’apaisement !

Nous ne serons plus les seuls à le savoir !

Le complexe d’Oedipe ne vous est certainement pas inconnu : c’est à ce moment là qu’il apparaît avec, souvent un rejet du parent du même sexe et une adoration pour celui du sexe opposé.

Comment avez-vous vécu cette étape ? A-t-elle engendré des frustrations ? L’avez-vous prise avec recul et philosophie ?

Pour Freud, le stade phallique permet à l’enfant de comprendre son appartenance à un sexe. Il doit le vivre pour mieux se connaître.

Enfant sexualité : répondre aux questions de nos enfants

Les enfants sont curieux ! Ils veulent tout comprendre, tout voir, l’exploration fait partie de leur quotidien, ils apprennent et découvrent. 

Avez-vous remarqué que leur curiosité est insatiable ?  Les nombreuses sollicitations auxquelles nous répondons nous le montrent chaque jour ! Il faudrait compter combien de “maman, pourquoi” ou “papa comment…” nos loulous prononcent chaque jour ! Et, je dirais : tant mieux ! Mais leurs interrogations concernant la sexualité arrivent rapidement et il faut trouver des réponses adaptées. 

Panique à bord ? 

Rassurons-nous, ces problématiques sont essentielles à leur développement.

Notre rôle : les guider, leur répondre, tout en nous adaptant à leur tranche d’âge. 

1,2,3 questions !

1- À partir de quel âge peut-on parler de sexualité infantile ?

Pas facile d’associer sexualité et enfants en bas âge ? 

Sortons de nos représentations d’adultes pour :

  • nous concentrer sur le point de vue de nos enfants ;
  • dédramatiser la thématique ;
  • éviter d’en faire un tabou !

Oui, il est essentiel de réfléchir à la curiosité sexuelle de nos petits bambins, qui s’épanouissent avec leurs cinq sens et qui vont grandir, grandir, grandir…

Les tout petits ressentent déjà beaucoup de plaisir au quotidien, à travers l’exploration des sens. Ils touchent tout leur corps, parties intimes comprises, et ils activent ainsi le plaisir sous la caresse, la pression, le contact. 

De manière naturelle, dès la première année, ils vont comprendre que toucher leurs parties génitales les apaise, les calme, leur donne du réconfort. 

Pourquoi se priver de ce qui fait du bien ? 

Mais c’est vers l’âge de trois ans, qui coïncide avec l’entrée en maternelle, que commence la véritable prise de conscience de la sexualité, des genres. Leurs questionnements peuvent vous prendre de court ! 

Si votre enfant vous questionne, la règle d’or est de lui répondre sans tabou, sans gêne et comme s’il vous demandait d’où vient la pluie !

En revanche, on insiste bien sur la notion d'intimité : c'est tout à fait normal mais cela reste quelque chose qui lui est propre. C'est son corps : il a le droit de l'explorer. En revanche, on ne laisse personne rentrer dans cette intimité et on ne s'immisce pas dans celle des autres

2- Quand introduire la notion de pudeur ?

Je vous l’avoue : je comprends les enfants qui se promènent nus ! Surtout l’été ! Quoi de plus doux que de sentir la douce caresse du vent sur notre peau, les chauds rayons du soleil ou de nager en tenue d’Eve ?

 Oui, mais la société ne le permet pas. Et nos enfants devront l’apprendre petit à petit.

Mais ne vous inquiétez pas ! Vos petits vont suivre des étapes qui les mèneront jusqu’à la conscience de leur intimité.

Jusqu’ à 4 ans, l’enfant découvre l’autre, dans sa ressemblance et sa différence : il comprend que le sexe détermine le genre.

La question :

             “MAMANNN pourquoi Emma elle n’a pas de ziziiiiiii ?”  

 doit faire résonance en vous non ?

C’est le moment d’expliquer à nos enfants ce qu’ils ont envie de savoir !

Entre 4 et  5 ans,  la pudeur apparaît pour véritablement s’installer vers 7 ans. Nos loulous ont déjà compris beaucoup de mystères et ils peuvent se construire leur identité propre : ils ont les clefs pour le faire.

Ils comprennent alors ce qu’est leur espace intime, surtout si vous en avez discuté avec eux.

À cet âge-là, il est possible d’aborder la notion d’intimité : si votre petite fille a tendance à vivre de merveilleuses expériences masturbatoires en se frottant contre les coussins du canapé ou si votre petit garçon passe beaucoup de temps la main dans le slip, il est temps de leur faire comprendre que ce sont des gestes qui leur appartiennent, qui leur font du bien, mais qu’ils doivent respecter des règles de vie en société et qu’il ne peuvent pas le faire en public.

            Pfff... me direz-vous, que cette étape est difficile !

Non, votre enfant est prêt à l’entendre et à le comprendre, alors, parlez-en en toute transparence et TOUT SE PASSERA BIEN ! On leur explique qu'ils sont libres de faire ces gestes mais dans leur chambre par exemple. La plupart des enfants comprennent très vite : il ne s'agit pas de les punir mais bien de leur donner un espace à eux.

C’est aussi le moment de faire comprendre à votre enfant que son corps lui appartient : amener la notion de respect de son propre corps mais aussi de celui des autres.

Lire avec eux pour évoquer le sujet peut vous aider à en parler et entraîner des questions de la part de votre enfant.

3- Comment appeler les parties intimes ?

L’inventivité est réelle dans le domaine : je crois que nous avons TOUT entendu pour nommer les parties intimes ! La question est : pourquoi donner des petits noms à ces zones corporelles ?

Votre enfant se demande la même chose, de manière inconsciente. NOMMER le corps est essentiel pour satisfaire sa curiosité sexuelle. Des petits noms ne sont pas proscrits, évidemment, mais l’enfant doit connaître la bonne terminologie. Nous parlons souvent de “bidou” pour évoquer le ventre mais nos petits connaissent le nom correct et ils comprennent que “bidou” a une connotation méliorative.

Pour les organes sexuels, l’enfant ressent la gêne et la dimension tabou si nous n’en parlons pas ou si nous les évoquons de manière détournée. Avis aux zézettes, zizis, zizounettes, zigounettes et compagnie, la TRANSPARENCE EST  EXIGÉE !

La cour de récréation se chargera très vite de leur donner des idées pour mentionner les organes génitaux...malheureusement, ils risquent d’entendre des termes à connotation péjorative, voire sexistes. Grossièreté et absence de délicatesse sont malheureusement communes et ce dès la maternelle… Si nous leur donnons des termes pour parler de leurs sexes, nos enfants comprendront que ces mots ne sont pas adaptés.

Aussi, nommez régulièrement les parties intimes de votre enfant par leur véritable appellation : pénis, testicules, vagin, vulve, lèvres, sont autant de termes qui ne doivent pas être cachés !

Et après 7 ans ?

C’est sûrement dans cette tranche d’âge que des questions comme

            “C’est quoi faire l’amour ?” ou “Comment les bébés sortent du ventre ? ”

vont arriver. Si vous ne l’avez pas expliqué avant, pas de panique, c’est le moment de parler de la fantastique histoire de la vie ! Vous êtes les plus gênés, alors oublions le malaise et en avant ! Vous pouvez même utiliser quelques mots savants : les enfants en raffolent !  

Leur curiosité, c’est le désir de comprendre comment leurs organes fonctionnent. Parlez leur de la digestion par exemple : je suis sûre qu’ils seront aussi en alerte que lorsque vous leur parlez de sexualité. Les enfants n’ont pas notre vision, ne l’oublions pas...

Alors, en avant pour les explications !

Nos enfants sont curieux et la sexualité les accompagnera toute leur vie. Les accompagner dans toutes les étapes de leur développement est essentiel. Il faut savoir que, même s'il n’a pas encore passé la puberté, l’enfant entre six et dix ans est habité par des pulsions sexuelles. La sexualité ne doit absolument pas être vécue comme celle d'un adulte mais il est important de répondre à leurs questions et de ne pas porter de jugement sur leur comportement. L' éducation consiste à leur donner un cadre

 “C’est une énergie vitale en lui qui vise aussi bien à l’union positive avec l’autre qu’à une union positive à lui-même : si la finalité biologique de cette union n’est pas encore activée à cet âge, la finalité affective l’est bel et bien ; elle engage plus ou moins concrètement le corps et les parties sexuées de celui-ci, et apporte à l’enfant – et à ses éventuels partenaires – plaisirs et joies.”  explique Jean-Yves Hayez

La curiosité sexuelle chez les enfants se manifeste dès le plus jeune âge. Ils ont des sensations et les explorent. Peu à peu, ce qui n’était que ressenti se transforme en interrogations : comment ça marche ? Les réponses, nous les avons, les mots aussi

Si nous restons simples dans nos explications, si nous employons les termes justes et si nous ne manifestons pas de gêne, nos enfants grandiront avec des clefs essentielles pour la construction de leur identité mais aussi pour celle de leur vie sexuelle. 

Introduire la dimension de respect du corps est primordiale dès le plus jeune âge.  Expliquer, développer, répondre aux questions montre à nos bambins qu’il n’y a pas de questions interdites, que nous sommes disponibles et ouverts. En matière de sexualité, les contenus sont multiples et mieux vaut toujours en connaître la source.  

Avez-vous eu des questions "pièges" sur la sexualité avec vos enfants ?

1, 2, 3 POINTS CLÉS

Une question = une réponse ! Les enfants ont besoin de comprendre : la sphère de la sexualité n’y échappe pas. Les réponses doivent être ADAPTÉES à l’âge de l’enfant.

PAS DE TABOUS mais de la PUDEUR ! Les comportements liés à la sexualité ne doivent pas être condamnés mais on doit guider les enfants pour qu’ils distinguent ce qui appartient à l’intimité. Certains gestes ne se font donc pas en public. 

  • Respect de son corps et de celui des autres. Un enfant doit comprendre que :
  • Il peut explorer son corps, mais dans un cadre privé et solitaire.
  • Personne n’a le droit de lui imposer de faire des choses qu’il ne veut pas faire ! Son intimité lui appartient !
  • Il doit respecter l’intimité de de ses camarades. Par exemple, il ne doit pas imposer à un autre enfant de se déshabiller ou de jouer au docteur.
Loading...

Les articles du même auteur

scroll
Avis d'expert
12 MIN

La curiosité sexuelle de nos enfants : comment y faire face ?

Sexualité et enfant : qu'est-ce qui est normal et comment accompagner les enfants ?Les petits ont soif de découvertes, et leur...
Avis d'expert
7 MIN

Troubles des apprentissages type Dys : un casse-tête

Il y a quelques années, personne n’en parlait. Aujourd’hui, les troubles des apprentissages, casse-tête pour de nombreux...
Avis d'expert
6 MIN

Mon enfant a des complexes : comment l’accompagner ?

“Mon enfant est mal dans sa peau”, “mon petit souffre des remarques de ses camarades”, “il est complexé” :...

Dans le même esprit

scroll
Avis d'expert
7 MIN

Développement de l'enfant à l'âge de 2 ans

Plus les enfants grandissent, plus cela devient compliqué d’avoir des points de référence clairs concernant leur...
Activité
20 MIN

Les sept univers

Les champs lexicaux, ça vous parle ? Il s'agit d'un ensemble de termes qui appartiennent au même "thème". Le champ des "vacances" serait par exemple...
Avis d'expert
6 MIN

Comment inclure du féminisme quand on éduque son enfant ? 6 conseils à appliquer

Comment fait-on pour que nos enfants développent les valeurs du féminisme? Le but est qu’ils soient confiants mais aussi...

Notes & références

  • La sexualité des enfants, Jean-Yves Hayez, (2004) éd. Odile Jacob
  • L'encyclo de la vie sexuelle 4-6 ans, (2016) Jacqueline Kahn-Nathan, Jean Cohen, Christiane Verdoux, éd. Hachette Jeunesse