Développer le sens de l'empathie à 6-7 ans

Développer le sens de l'empathie à 6-7 ans

Tandis que les enfants rentrent dans une phase bien plus calme en termes de gestion de leurs émotions propres, c'est le moment idéal pour s'ouvrir encore un peu plus aux autres. C'est un moment essentiel où l'on peut facilement cultiver l'ouverture d'esprit des enfants, discuter des situations qu'ils ne comprennent pas (par exemple des situations que les enfants trouvent injustes ou la réaction d'un camarade qui les auraient surpris). Ils sont également en âge de porter un regard différent sur le monde : c'est-à-dire se mettre à la place de l'autre pour adopter son point de vue.

Les points clés

scroll

C'est quoi ?

L’empathie c’est la capacité à comprendre ce que peut penser ou ressentir une autre personne. C’est en quelque sorte, la capacité à se mettre à sa place. Par exemple : je comprends que tu es triste et je comprends pourquoi. C'est différent de la sympathie qui consiste à  ressentir avec l'autre (par exemple : je suis désolée pour toi): la sympathie implique de partager le ressenti et non de le comprendre. 

Plusieurs étapes

On peut identifier différentes phases de développement de l'empathie . Avant 3-4 ans, ils vont faire preuve d'empathie affective soit identifier les émotions ressenties par l'autre. Vers 4 ans, apparait l'empathie cognitive : les enfants peuvent se mettre intellectuellement à la place de l'autre puis l'empathie mature ( ers 8-12 ans) leur permet de se mettre émotionnellement à leur place.

Ça se cultive

L’empathie est innée dans le sens où tout le monde a la capacité de comprendre ce que l’autre ressent mais cela se travaille. Pour certains, c’est un exercice plus facile que pour d’autres surtout si on a été sensibilisé tardivement à l’approche emphatique. Il est important de montrer les avantages d'un comportement où l'on est plus à l'écoute de l'autre pour permettre aux enfants d'être plus à l'écoute de leur sensibilité.

Le spectre des émotions

C’est la base pour comprendre ce que les autres ressentent : il faut connaître le spectre des différentes émotions, être capable de les identifier et de les nommer. On peut commencer par les 8 émotions de base puis élargir l’éventail en apprenant les différentes nuances qui existent et apprendre à reconnaître ces nuances chez les autres. 

La clé de la communication

Sensibiliser les enfants à l’empathie leur permet de prendre conscience de l’importance de la communication et ses nuances : les gens réagissent à ce qui est dit et fait et non aux intentions ! On peut vouloir être drôle mais finalement offenser la personne en face car elle a l’impression qu’on se moque d’elle. Apprendre à communiquer en s'adaptant à son auditoire est une compétence qui servira toute la vie à vos enfants !

Comme dans les livres

Les livres et les histoires en générale sont un excellent moyen de développer le sens de l'empathie : on y découvre différents personnages dans des situations qui nous sont familières ou non et qui ressentent différentes choses. Cela permet vraiment d'élargir le champs des possibles et d'explorer différents univers, personnages et de faire face à des situations variées. 

1,2,3 manières pour développer le sens de l'empathie

Tous les détails et notre sélection pour chacune de ces approches sont à retrouver plus bas ou en cliquant sur les images.
scroll
1

Changer d'angle

En grandissant les enfants sont capables d'adopter le point de vue de quelqu'un d'autres. Cependant ils ont parfois besoin d'être guidés dans ce processus et il est important de leur faire remarquer quand parfois ils pourraient voir une situation sous un angle différent.
2

Écouter

À 6-7 ans, mise à part les soucis de prononciations liés à des trous laissés béants par des dents de lait qui sont tombées, on communique plutôt bien. Oui mais voilà, sait-on vraiment bien écouter ce que l'autre essaye de nous dire : il s'agit parfois plus que d'entendre les mots et cela s'apprend !
3

Rendre service

Si un enfant est uniquement focalisé sur ses propres besoins, il va lui être difficile de faire preuve d'empathie. Donner aux autres est gratifiant mais les enfants ne peuvent le découvrir uniquement en le faisant
1

Regarde ce que moi je vois

On ne voit pas tous les choses de la même façon et on ne réagit pas tous de la même manière. Les enfants ont parfois besoin de voir que quand on regarde la même chose sous un nouvel angle, ce que l'ont voit peut être bien différent.
A faire soi-même

Le jeu des 3 figures

Le jeu des 3 figures a été développé en 2007 par le psychiatre Serge Tisseron pour prévenir la violence en milieu scolaire. Notre activité s'en inspire pour permettre de trouver des solutions face à des problèmes simples (conflit entre frères et soeurs ou dans la cour de l'école). Pour avoir accès à la méthode complète pour les classes, c'est sur cette page.

Si la méthode des 3 figures exige de suivre des étapes précises dans le cadre d'une mise en place en classe, le principe de base qui peut être utilisé à la maison consiste à aider les enfants à se projeter dans 3 rôles différents dans une situation d'agression. Il y le Persécuteur, la victime et un tierce personne qui peut être un témoin, le sauveur ou le redresseur de tort. 
  • D'abord on définit une idée : on peut partir d'une situation qui les a interpellé ou impressionné que ce soit à la télé ou dans la vie réelle. 
  • Ensuite on crée un scénario. On réfléchit à une scène en 4 actions avec un petit dialogue court qu'on aura écrit auparavant car ce n'est pas de l'improvisation.
  • On va jouer la scène 3 fois de suite et les même personnes rejouent la même scène mais simplement en changeant de rôle. 

Tout le processus est important : réfléchir aux scènes, les écrire ensemble en réfléchissant à un scénario qui ait du sens, se mettre physiquement et émotionnellement dans la peau d'un personnage qui parfois correspond à qui nous sommes et parfois non. Tout cela permet de structurer la pensée et d'amener les enfants à prendre conscience de ce que l'on ressent en fonction de son statut.
Matériel Ùn groupe d'au moins 3 enfants et 1 adulte
Préparation Aucun
Temps de jeu 30 Minutes
A faire soi-même

Le dé des émotions

Confectionnez un dé à 6 faces (ou utilisez un cube en carton) et coller sur chacune des faces une image (ou directement le nom) d’une émotion. Prenons par exemple : la peur, la colère, la tristesse, la honte, l’excitation et la timidité. Jouer avec plusieurs enfants permet de les encourager à développer la bienveillance et l’empathie face aux réactions de leurs petits camarades. Chacun leur tour, les participants lancent le dé et miment une émotion. Les autres doivent s'unir pour réagir à cette émotion. A partir de 4 ou 5 participants, l’effet est d’autant plus intéressant que les enfants apprennent à adapter leurs réactions les uns aux autres et finissent souvent par s’unir autour d’une réaction consensus. Soucieux du jugement des autres, les enfants se jaugent naturellement et parviennent finalement à se retrouver autour d’une réaction commune. Ainsi si l’un des participants mime la tristesse par exemple, les autres auront tendance à le consoler en lui faisant un câlin ou à le divertir en faisant les pitres pour lui changer les idées. Cette activité permet de stimuler l’entraide et le soutien mutuel pour surmonter les émotions négatives.
Matériel Un dé en carton et un feutre
Préparation 5 Minutes
Temps de jeu Variable

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

Devine à quoi ils pensent ?

Akros

Catégories d'âge
4-5 ans 6-7 ans
Développement
communication
Gamme de prix
€€
Un atelier pour favoriser l'imagination, le langage et la communication. Chaque carte représente une scène avec des enfants, des adultes et même parfois des animaux dans des situations fréquentes du quotidien (quelqu'un est malade, fait face à un échec, des choix à faire, etc.). A partir des cartes, on entame une discussion pour savoir ce que ressentent les personnages ou ce que l'on ressentirait à leur place. Pour vous guider sur la manière de mener ces ateliers, Arkos propose un guide pour faire différentes types d'activités (ce guide est aussi téléchargeable sur leur site internet). 

Emojito

Tactic

Catégories d'âge
6-7 ans
Développement
emotions humour
Gamme de prix
€€
Emojito est un outil très ludique pour favoriser l’expression des émotions. On pioche une carte et on doit mimer l’expression représentée pour la faire deviner aux autres joueurs. C’est une course : le premier à faire cinq fois le tour du plateau a gagné. Les illustrations, très réussies, débordent de détails subtils ce qui permet de développer le vocabulaire autour des émotions.
2

Qu'est-ce que tu essayes de me dire ?

Comprendre l'autre cela passe bien évidemment par l'écoute. A travers des petites activités et des jeux simples, on peut aider les enfants à constater que écouter c'est bien plus que d'entendre des mots !
A faire soi-même

La méthode APER

La méthode APER consiste à s'Arrêter. Respirer. Écouter. Répondre. C'est un méthode à mettre en place pour être plus disponible pour l'écoute. Cette méthode peut également s'appliquer aux adultes pour également donner l'exemple aux enfants de ce qui signifier être vraiment à l'écoute.
  • Arrêter. Lorsque quelqu'un nous confie quelque chose d'important, il est urgent d'arrêter ce que nous sommes en train de faire (pas de téléphone par exemple)
  • Respirer. On prend quelques secondes pour se mettre au calme et respirer pour aider le corps à se détendre et vraiment se concentrer.
  • Écouter. Il s'agit d'écouter sans répondre et sans interrompre à part pour en savoir plus ou poser des questions pour comprendre. 
  • Répondre. Répondre cela démarre par aider la personne en face à trouver sa propre réponse. "Comment te sens-tu face à cette situation"; "Qu'est-ce que je peux faire pour toi?"; "Qu'est-ce que tu penses que tu devrais faire etc.". 
Même si dans la pratique cela ne va pas se dérouler de manière aussi structurée, c'est vraiment une ligne directrice qui peut aider des enfants qui ne se sentent pas à l'aise dans l'exercice d'écoute.
Matériel Aucun
Préparation Aucun
Temps de jeu 10 Minutes
Idée astucieuse

Brainstorming !

Le brainstorming consiste à stimuler le cerveau à la recherche de solutions pour résoudre un problème. Réalisez cette activité en groupe avec au moins 3 enfants. Armez-vous d’une grande feuille ou d’un tableau et d’un feutre pour noter toutes les idées des petits cerveaux que vous allez mettre à contribution. 

Exposez une situation dans laquelle un protagoniste s’emmêle avec ses émotions parce qu'il rencontre un problème. Par exemple : Félix, un petit garçon qui rêve de voir la mer est heureux de partir enfin en vacances. Mais, sur le trajet, la voiture tombe en panne. Les émotions de Félix s’emballent : colère, tristesse… Comment l’aider pour qu’il se sente mieux ? 

Notez toutes les idées que les enfants imagineront pour aider Félix. Vous pouvez aussi combiner plusieurs solutions et inciter les enfants à commenter les idées des uns et des autres. Ensemble, ils inventeront un formidable scénario de réconciliation pour aider Félix en proie à sa tempête émotionnelle. Cette activité permet de projeter une situation provoquant des émotions négatives et donc d’envisager de la solutionner avec recul et clairvoyance. Le partage des idées démontre aux enfants qu’en collaborant ensemble, il est possible de résoudre la situation. Montrer aux enfants que l’union fait la force, c’est les préparer au monde des adultes où le travail d’équipe, l’entraide et l’écoute sont des atouts considérables pour bien s’intégrer dans un groupe.

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

Dream on

CMON

Catégories d'âge
6-7 ans 8-10 ans
Développement
memoire communication collaboration
Gamme de prix
€€
C'est un jeu différent des autres : à la fois coopératif, créatif mais aussi (très) intelligent. Les joueurs doivent créer ensemble un rêve en fonction de cartes piochées : ils construisent leur récit puis doivent s’en souvenir dans un temps imparti. C'est un super jeu d’ambiance qui est souvent drôle et parfois absurde mais qui développe la communication, la créativité et bien sûr, la mémoire ! Définitivement à tester !

Blablabla

Djeco

Catégories d'âge
6-7 ans 8-10 ans
Développement
logique confiance-en-soi creativite collaboration
Gamme de prix
Un jeu très chouette et convivial qui demande d'être capable de justifier logiquement ses choix. Il y a différents modes de jeux : il faut soit associer les images entre elles, soit associer les images à un autre joueur ou à soi-même, soit deviner le choix d'un autre joueur. Dans tous les cas ce jeu ne laisse pas place au hasard puisqu'il faut de donner une explication qui justifie ses choix. Des beaux moments en perspective.
3

Fais quelque chose pour les autres

Rendre service est gratifiant mais pour être vraiment utile il faut être attentif pour savoir ce dont les autres ont vraiment besoin. Cela s'apprend avec un peu d'expérience.
A faire soi-même

L'arbre de la compassion

Demandez à votre enfant de penser à une personne qu'il aimerait aider.
  • On dessine un tronc et on trace un cercle tout en haut
  • On écrit le nom de la personne que l'on souhaite aider au centre du cercle
  • Ensuite on choisit 3 couleurs pour dessiner les feuilles : 
    • Le bleu pour les services que l'on va rendre à cette personne
    • Le rouge  pour ce que l'on a ressenti quand ce service a été rendu
    • Le vert pour ce que cette personne a ressenti quand on l'a aidée
Au début il n'y aura que les feuilles bleues qui seront remplies. Ces services peuvent être très simples comme faire un sourire ou un câlin ou une aide plus sophistiquée comme préparer un repas. L'avantage de dessiner l'arbre, c'est qu'il agit comme une sorte de contrat qui rappelle aux enfants leur engagement envers cette personne. 
Matériel Des feutres, une feuille de papier
Préparation Aucun
Temps de jeu Variable
A faire soi-même

Les cartes SOS

Et si les enfants pouvaient voler au secours des parents en détresse ? Papa et maman sont débordés et n’arrivent plus à s’en sortir, ils ont besoin d’aide… Et les enfants ? Parfois eux aussi ils aimeraient bien avoir un petit coup de main ! Finir ce puzzle seul, c’est un vrai casse-tête ! Exposez le contexte de ce jeu à vos enfants. Pour accompagner cette activité, vous aurez au préalable confectionné des cartes SOS et des cartes MERCI. Vous devez définir en accord avec vos enfants à combien de cartes SOS chaque membre de la famille a le droit de recourir chaque jour ou chaque semaine : une carte chacun, par exemple. Chacun prend ensuite autant de cartes SOS que de cartes MERCI. Quand quelqu’un en ressent le besoin, il sort sa carte SOS et un autre membre de la famille accourt à sa rescousse. Maman appelle au SOS pour mettre la table, papa pour faire les lits, Bruno pour donner à manger au chat et Lucette pour ranger ses poupées. Quelle que soit la tâche, la carte SOS permet de la partager avec une personne volontaire pour l’aider. En guise de reconnaissance, on donne une carte MERCI, celle-ci peut même spécifier “un câlin”, “un bisou”, etc. Il ne s’agit pas de déléguer les tâches aux autres mais bien de les faire à plusieurs, et comme tout le monde y a recours, alors les enfants jugent ce principe plutôt juste et, en général, collaborent avec entrain.
Matériel Du papier épais, des feutres
Préparation 5 Minutes
Temps de jeu Variable

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

Zou, les boulons !

BelliFacto

Catégories d'âge
4-5 ans 6-7 ans
Développement
collaboration empathie
Gamme de prix
€€
Voici un jeu plein d'ondes positives pour resserrer les boulons de toute la famille ! On se met dans la peau de la famille boulons, une famille en panne, qui n'a plus de jus ! Pour éviter qu'elle ne devienne un tas de ferraille, on doit relever des défis et récolter des jetons d'énergie pour gagner des "bons" qui seront effectifs dans la vraie vie : bons pour un gentil mot doux, une petite attention, un moment à deux, un coup de main, etc. De quoi rebooster les démonstrations affectives au sein de votre tribu ! Un jeu qui fait beaucoup rire et qui fait du bien, tout simplement.

Happy week

Happy week

Catégories d'âge
4-5 ans 6-7 ans
Développement
collaboration
Gamme de prix
€€
Un jeu malin qui permet de rendre les tâches du quotidien un peu moins rébarbatives. On évoque les tâches du quotidien, on planifie des récompenses et on aide les enfants à gagner en autonomie.  Au fil des actions accomplies, on gagne des "bons" moments à déterminer en famille et on avance les pions de tout le monde sur le plateau. Un jeu développé pour la collaboration au quotidien qui montre aux enfants qu'on avance plus vite ensemble.

Notes & références

  • Apprendre autrement avec la pédagogie positive, Audrey Akoun, Isabelle Pailleau , Eyrolles, 2013
  • Empathy in early childhood: genetic, environmental, and affective contributions. Knafo A, Zahn-Waxler C, Davidov M, Van Hulle C, Robinson JL, Rhee SH. Ann N Y Acad Sci. 2009 
  • The social neuroscience of empathy. Singer T, Lamm C. Ann N Y Acad Sci. 2009 Mar
  • Enhancing social cognition by training children in emotion understanding: A primary school study, V. Ornaghi, J.Brockmeier, I.Grazzani, Journal of Experimental Child Psychology, Volume 119, March 2014, Pages 26-39
  • L'atelier créatif avec les enfants, 27 activités partagées inspirées de la pédagogie Reggio, Barbara Rucci, Eyrolles, juillet 2017
  • La boîte à idées pour aider nos enfants à apprendre autrement, Eyrolles, février 2020
  • How Children Develop Empathy, Lawrence Kutner, PsychCentral, 2007. http://psychcentral.com/lib/2007/how-children-develop-empathy
  • Young Children’s Understanding of Other People’s Feelings and Beliefs: Individual Differences and Their Antecedents, Dunn J, Brown J, Slomkowski C, Tesla, C et Youngblade L, Child Development 62, 1991.