Avis d'expert

Aider les enfants à se (re)motiver après la crise sanitaire

parents
9 MIN

Ce que la crise sanitaire a changé sur les perspectives d'avenir pour nos enfants 

C'est parfois difficile de savoir ce qu'il se passe dans la tête de nos enfants. La crise sanitaire a clairement chamboulé nombre de perspectives d'avenir pour les adultes et encore plus pour les jeunes adultes : le baromètre sur la jeunesse réalisé en 2021 auprès des 18-30 ans montre clairement un déclin de la confiance en l'avenir : ils sont préoccupés par l'avenir économique mais aussi les perspectives écologiques.

Seuls 15% d'entre eux parviennent à se projeter à long -terme ! Mais qu'en est-il de nos tout-petits ? Cela change-t-il leur perception de l'avenir ? Peut-être vaut-il mieux éviter de projeter notre vision de d'adulte sur nos chers enfants ? Essayons de voir les véritables chamboulements qui ont eu lieu et de définir comment aider nos enfants à se retrouver confiance en l'avenir.

L'impact sur la santé mentale des enfants : ce que l'on peut mesurer 

Bien que l'on n'ait pas suffisamment de recul sur la situation pour comprendre si ce sont des conséquences à long-terme, le rapport 2021 sur les droits de l'enfant indique que l'incertitude liée à la crise, les confinements successifs et les fermetures de écoles ont eu un impact négatif que la santé mentale de nos enfants... Parmi eux, on peut citer :

  • La perte de confiance en l'adulte référent : l'adulte est censé être la personne qui sait ce qu'il faut faire... Cependant durant ces deux dernières années que ce soit d'un point de vue politique, au sein du foyer ou encore à l'école, nous n'avons pas toujours été certains de comment faire ni quoi faire. Pire encore nous avons passé beaucoup de temps à critiquer les décisions des uns et des autres. Les enfants apprennent principalement en nous observant : notre lassitude, nos questionnements, nos craquages à répétitions y compris dans le domaine public, ont en quelques sorte ébranlé ce postulat selon lequel les adultes ont toujours raison. 
  • Les phobies sociales et scolaires ont également augmenté. Clairement la situation et le manque de continuité pédagogique a engendré des retards dans les apprentissages voire aggravé les lacunes déjà existantes. L'isolement, la distanciation sociale et la confrontation à la mort plus importante qu'habituellement dans nos régions, a clairement engendré une certaine peur de l'autre et un rejet du système. Les enfants
  • Les risques d'addictions : enfermés à la maison, les enfants ont pu avoir tendance à compenser en mangeant de manière plus compulsive par exemple ou encore en étant plus exposé aux écrans (c'est surtout la combinaison moins de lien social ET plus d'écran qui est problématique)

Ce qui n'est pas vraiment mesurable : la foi en l'avenir

Clairement les enfants ont besoin de quelques signes pour être à nouveau rassurés sur l'avenir qui s'offre à eux. 2 ans dans la vie d'un enfant, c'est long - très long. Mais ce n'est pas représentatif de toute une vie. Il est possible qu'ils se construisent en opposition à tout ce qu'ils ont vécu. Pour certains d'entre nous, nos grands-parents étaient de jeunes adultes pendant la guerre : ils ont vécu pleinement le retour à la liberté avec l'envie de profiter, avec un esprit critique aguerri, et un certain goût de l'aventure

Cependant ils étaient aussi souvent inquiets. Bien évidemment la violence à laquelle ont été confrontés nos aînés n'est pas comparable à cette pandémie mais ce qui est souligné ici est simplement le fait que ces situations traumatisantes ne vont pas forcément engendrer des générations de pessimistes angoissés, bien au contraire. Cela permet de mettre en perspective la fragilité et la vulnérabilité des systèmes : vivre cela est très formateur pour les enfants qui apprennent d'autant plus à apprécier la liberté et la philosophie du carpe diem.

Malgré tout, on a l'impression que ces enfants ont perdu un peu le goût de l'effort, que leurs capacités de concentration ont diminué. C'est probablement vrai dans le court-terme et on les comprend : les perspectives d'avenir sont floues. Ce n'est pas que l'avenir n'a pas l'air radieux, c'est simplement qu'il n'a l'air de rien. Quels vont être les tendances durables de la pandémie ? A quoi ressemblera le monde du travail ? On estime que 85% des emplois de 2030 n'existent pas encore. Comment être sûr du coup que l'école nous prépare bien à ce futur dont on ne sait rien ? 

Cette même école que l'on a fréquenté de manière sporadique ces 2 dernières années. L'école qui est le lieu où l'on se rend dans l'espoir d'y attraper un virus qui nous permettra de rester bien à l'aise au fond de son canapé à regarder des vidéos Tik Tok d'influenceurs. Ces derniers d'ailleurs incarnent la réussite la plus enviée du moment. On voit certains parents qui n'hésitent plus à retirer leurs enfants de l'école pour partir en voyage en prétextant qu'ils apprendront autant voire plus en découvrant le monde (même quand il s'agit de vacances All Inclusive à Ibiza). Alors c'est certain, il y a de quoi être démotivé. 

Mais alors, que doivent faire les parents pour aider votre enfant à retrouver la motivation et le goût de l'effort ?

Voilà le tableau dépeint ici n'est pas très joli mais ce n'est pas une image fixe. Il ne s'agit pas d'une destination mais bien d'un cheminement. Et on va pouvoir accompagner nos enfants vers ces nouvelles perspectives.

Un enfant enfermé dans ses limites, même vastes, reste incapable de se valoriser, n'arrivera pas à s'adapter au monde extérieur.

Maria Montessori

1- Reprendre goût à ce qui est possible

La première chose à faire c'est de se débarrasser des habitudes toxiques qui se sont installées pendant ces quelques mois (années !). Dans beaucoup de cas, il s'agit des écrans pour les enfants et les apéros pour les parents. On évoque les parents car il n'y a rien de plus compliqué que de déshabituer le cerveau. Il faut donc avoir un allié : fixez-vous ensemble des objectifs, listez les avantages d'atteindre vos objectifs respectifs et trouvez une manière de récompenser / sanctionner vos efforts. On dit que les récompenses ne sont pas toujours bénéfiques mais là on les applique à tous (pas uniquement aux enfants) et surtout pour désapprendre, c'est parfois la seule solution.

2-Trouver sa motivation

Si les enfants donnent l'impression de ne plus avoir goût à rien c'est parfois simplement parce qu'ils n'ont pas eu l'occasion d'y penser ou d'explorer suffisamment d'univers pour trouver ce qui l'intéresse. Si on sait pourquoi on fait les choses, cela devient beaucoup plus facile. Surtout ne portez pas de jugement et accompagnez-le simplement sur les chemins du possible. 

Par exemple, votre enfant aime écouter des musiques de rap. Demandez-lui pourquoi, ce qu'il aime dans cette musique : c'est le rythme ? Peut-être est-ce le moment de lui trouver un cours de hip-hop. Ce sont les paroles ? Est-ce qu'il en comprend le sens ? Est-ce qu'il sait d'où ça vient ? Ensuite essayez d'extrapoler : les rappeurs ou les humoristes sont des gens qui maîtrisent les mots. C'est donc important de bien parler, bien écrire, etc. Vous verrez qu'on trouve toujours une raison pour laquelle apprendre, se former, évoluer est important, quel que soit le sujet (oui même s'ils veulent devenir Youtubeur) ! 

3- Mesurer l'impact des efforts

"Ça ne sert à rien" ! On va souvent entendre des enfants se démotiver car ils n'arrivent pas à voir que le travail est payant. Tellement de facteurs externes ont impacté leurs résultats dans ce monde confiné mais qui continue de tout mesurer. Quand on voit que l'on progresse, c'est tellement plus grisant ! Prenez une activité ou une matière dans laquelle il a des difficultés : essayez de comprendre avec lui quels sont les blocages, qu'est-ce qu'il trouve difficile, pourquoi il y a arrive parfois. A partir de cette discussion, créez un petit plan d'action avec des petites étapes à franchir. Les enfants vont vraiment apprendre à apprécier le travail et les progrès qui en découlent Un exemple : si votre enfant aime le piano mais se sent nul, vous pouvez lui dire de se focaliser sur une partition qu'il aime. 

  • Première étape : apprendre la première ligne de la partition par cœur
  • Deuxième étape : la jouer parfaitement
  • Troisième étape : apprendre la deuxième ligne, etc.

Découpez le travail de cette façon le rendra beaucoup plus abordable 

4- Imaginer le futur ensemble, à travers livres et histoires

Il y a une source inépuisable d'ouverture sur le monde extérieur. Et ce n'est pas Google. Ce sont les livres. Quand on entend "Mon enfant n'aime pas lire", c'est généralement faux. Il arrive que ce soit difficile pour les enfants avec des troubles du type dys mais pour les autres, c'est juste qu'ils n'ont pas trouver le bon livre. Bonne nouvelle. Il existe plein de livres. On en trouve toujours au moins un qui intéresse. Alors pourquoi parler de cela ici ? Car lorsque l'on est enfermé, les livres donnent une ouverture unique sur le monde.

Albert Einstein le disait : les contes de fées forgent l'intelligence car ils permettent d'imaginer toutes les possibilités. Plus on lit, plus on développe le sens de l'empathie, plus on se nourrit de possibles. Alors une fois qu'on a plongé dans des histoires, on peut décider ensemble d'imaginer le futur ! On peut inventer un petit rituel : chaque soir, on choisit une date dans le futur et on raconte ce qu'on fera ce jour-là. Quel âge on aura ? Où vivra-t-on ? Quel temps fera-t-il ? Ça ouvre des tas de possibilité …

Loading...

Les articles du même auteur

scroll
Masterclass
22 MIN

C'est celui kiDikié - Marie Robert, la transmetteuse

Lancement de nos nouvelles capsules vidéo "C'est celui kiDikié" ! Aider son enfant à devenir celui qu'il...
Masterclass
23 MIN

C'est celui kiDikié - Mathias Malzieu, le raconteur d'histoires

"C'est celui kiDikié", épisode 2.En tant que parents, nous voulons que nos enfants soient heureux et épanouis dans...
Avis d'expert
7 MIN

Développement de l'enfant à l'âge de 2 ans

Le développement enfant 2 ansLe développement de l'enfant entre 2 et 3 ansPlus les enfants grandissent, plus cela devient...

Dans le même esprit

scroll
Activité
20 MIN

Le métier inventé

Quand on était petit, on nous demandait toujours : « Comment tu t'appelles ? »  « Tu as quel âge ?...
Avis d'expert
4 MIN

Comment limiter l’anxiété des enfants face aux actualités violentes ?

On pensait avoir eu notre dose en 2020… Et pourtant entre le virus, le confinement et les attentats extrêmement violents, on peut se...
Masterclass
44 MIN

Comprendre et accompagner les peurs de nos enfants

Peur du noir, peur des monstres, peur d'aller à l'école... On aimerait toujours pouvoir protéger nos enfants de leurs...