Apprendre l'empathie à 3 ans

Apprendre l'empathie à 3 ans

Vers 3 ans, on commence à mieux comprendre comment fonctionne son propre monde. On sait si quelqu'un est triste ou joyeux. Le développement de l'empathie va passer par un approfondissement des connaissance concernant les émotions et leur identification mais aussi par une sensibilisation aux différences : nous ne sommes pas tous pareils, nous ne vivons pas tous de la même façon, etc. Cette ouverture au monde est une base nécessaire pour la tolérance et l'ouverture d'esprit nécessaires à une approche emphatique. 

Les points clés

scroll

C'est quoi ?

L’empathie c’est la capacité à comprendre ce que peut penser ou ressentir une autre personne. C’est en quelque sorte, la capacité à se mettre à sa place. Par exemple : je comprends que tu es triste et je comprends pourquoi. C'est différent de la sympathie qui consiste à  ressentir avec l'autre (par exemple : je suis désolée pour toi): la sympathie implique de partager le ressenti et non de le comprendre. 

Plusieurs étapes

On peut identifier différentes phases de développement de l'empathie . Avant 3-4 ans, ils vont faire preuve d'empathie affective soit identifier les émotions ressenties par l'autre. Vers 4 ans, apparait l'empathie cognitive : les enfants peuvent se mettre intellectuellement à la place de l'autre puis l'empathie mature ( ers 8-12 ans) leur permet de se mettre émotionnellement à leur place.

Ça se cultive

L’empathie est innée dans le sens où tout le monde a la capacité de comprendre ce que l’autre ressent mais cela se travaille. Pour certains, c’est un exercice plus facile que pour d’autres surtout si on a été sensibilisé tardivement à l’approche emphatique. Il est important de montrer les avantages d'un comportement où l'on est plus à l'écoute de l'autre pour permettre aux enfants d'être plus à l'écoute de leur sensibilité.

Le spectre des émotions

C’est la base pour comprendre ce que les autres ressentent : il faut connaître le spectre des différentes émotions, être capable de les identifier et de les nommer. On peut commencer par les 8 émotions de base puis élargir l’éventail en apprenant les différentes nuances qui existent et apprendre à reconnaître ces nuances chez les autres. 

La clé de la communication

Sensibiliser les enfants à l’empathie leur permet de prendre conscience de l’importance de la communication et ses nuances : les gens réagissent à ce qui est dit et fait et non aux intentions ! On peut vouloir être drôle mais finalement offenser la personne en face car elle a l’impression qu’on se moque d’elle. Apprendre à communiquer en s'adaptant à son auditoire est une compétence qui servira toute la vie à vos enfants !

Comme dans les livres

Les livres et les histoires en générale sont un excellent moyen de développer le sens de l'empathie : on y découvre différents personnages dans des situations qui nous sont familières ou non et qui ressentent différentes choses. Cela permet vraiment d'élargir le champs des possibles et d'explorer différents univers, personnages et de faire face à des situations variées. 

1,2,3 manières pour développer le sens de l'empathie

Tous les détails et notre sélection pour chacune de ces approches sont à retrouver plus bas ou en cliquant sur les images.
scroll
1

Écouter son corps

Pour comprendre les autres, il faut avant-tout se comprendre soi-même. Les enfants sont à un âge où ils peuvent faire semblant, jouer une émotion pour de faux. Profitez des moments de calme pour explorer avec votre enfant comment il réagit et comment il se sent physiquement en fonction des émotions ressenties (heureux, triste, en colère,...)
2

Regarder les autres

Observer les autres c'est constater les différences qui peuvent exister : cette prise de conscience est déjà un grand pas en avant la capacité d'empathie. Les enfants savent très bien comparer : qui a plus de bonbons par exemple. Dans ce cas précis, il s'agit plutôt de leur montrer la variété des situations qui existent et d'apprendre à voir les différences sans comparer.
3

Rendre service

Contrairement à ce que l'on peut penser, les enfants n'apprécient pas spécialement que l'on fasse tout à leur place ! lls ont envie d'aider, de se sentir utile. Il est important de valoriser ces actes et de montrer l'impact positif qu'ils ont sur la personne qu'ils aident.
1

Qu'est-ce que ça te fait ?

Comprendre les autres, c'est avant tout se comprendre soi-même. Qu'est-ce qui se passe quand tu es en colère ? Que ressens-tu dans ton ventre ? Quand tu te sens léger, quelle est l'émotion que tu ressens ? etc.
A faire soi-même

Les cartes des émotions (à télécharger)

Ce petit set de cartes vous permettra de faire plusieurs activités autour de la découverte des émotions : savoir les nommer évidemment mais aussi reconnaître les éléments physiques qui vont permettre d'identifier l'émotion (le sourire, les larmes, le fait de se recroqueviller, etc.).

>> Imprimez ce document à télécharger (en recto verso si possible)
>> Découpez les cartes
>> Il y a 3 manières de jouer :
  • Cartes faces visibles sur la table : l'enfant doit retrouver les familles d'émotions
  • Cartes faces cachées : on joue comme un memory pour retrouver les paires
  • Mode histoire : on pioche deux cartes au hasard et on invente une histoire

Une bonne occasion d'approfondir le sujet des émotions.
Matériel Une imprimante, des ciseaux
Préparation 5 Minutes
Temps de jeu 20 Minutes
2

Regarde ailleurs

On n'est pas tous pareils, on ne vit pas tous de la même façon et on ne ressent pas tous la même chose au même moment. Si cela vous semble évident, c'est presque impossible pour les enfants de se projeter et il est important des les accompagner dans ces découvertes. C'est le fondement de la tolérance et de l'ouverture d'esprit.
A faire soi-même

Dessin des p'tites joies

Dans cette activité, il faut au moins être 2. En même temps ou l'un après l'autre, vous allez pouvoir faire un dessin qui représente ce que vous ressentez quand vous vous sentez heureux et joyeux. Quelles couleurs trouvez-vous joyeuses ? Est-ce que ça fait des tourbillons, un arc-en-ciel ? Est-ce que c'est désordonné ou au contraire bien ordonné ? C'est réellement de l'art abstrait pour exprimer un ressenti. Faites-la même chose pour vous-même ou un autre enfant. Ce qui intéressant c'est d'observer avec les enfants que le ressenti de chacun peut avoir des couleurs très différentes et déclenche des sensations qui sont propres à chacun.
Matériel Des crayons de couleurs ou des feutres, du papier.
Préparation Aucun
Temps de jeu 30 Minutes
Idée astucieuse

Qu'en pensent tes peluches ?

Pour faciliter la compréhension des émotions par l’imitation, vous ne pouvez pas seulement mimer une émotion au hasard, il vous faut un contexte ainsi vous pourrez aider l’enfant à comprendre les situations qui créent telle ou telle émotion. 

Servez-vous de ses jouets : les peluches sont un bon d'imager un contexte pour mimer une émotion. Si Toby le nounours s’éloigne trop de ses petits copains, il peut se perdre et donc il aura peur. Au contraire, Suzie la sourie danse avec son ami le chat et elle est heureuse, quant à Gaston le hérisson, il boude parce qu’il n’a pas eu le droit de sortir jouer avec les autres, etc. Tout en racontant l’histoire, mimez les expressions des émotions sur votre visage en forçant les mimiques. Votre bout de chou vous observe et interprète vos gestes, vos mots, tout ce que vous faites… En vous imitant, il apprend à différencier et à comprendre ses propres émotions.
3

Tu peux m'aider

À l'âge où on gagne en autonomie et en indépendance, on a aussi envie de se sentir utile. Il est important de gratifier les enfants au cours de ce processus afin de leur montrer l'impact positif qu'un coup de main peut avoir sur l'autre.
A faire soi-même

Dessin à deux mains

Certains enfants sont complexés car ils trouvent qu'ils dessinent mal, ils aimeraient que leurs dessins ressemblent à la réalité. Il est important de décomplexer l'enfant et de lui montrer que la créativité n'a pas de limite. Ce jeu peut-être une manière de faire cela : on se met à plusieurs et chacun son tour, on fait un trait sur la même feuille. Les traits peuvent se toucher ou non. Au début ça ne ressemble à rien, mais au fur et à mesure on finit par y voir des choses et créer ensemble un dessin qui a du sens. La créativité de chacun permet de créer un beau dessin très différent de ce que l'on aurait fait seul. A faire à 2, à 3 ou plus !
Matériel De quoi dessiner
Préparation Aucun
Temps de jeu 20 Minutes
A faire soi-même

Les cartes SOS

Et si les enfants pouvaient voler au secours des parents en détresse ? Papa et maman sont débordés et n’arrivent plus à s’en sortir, ils ont besoin d’aide… Et les enfants ? Parfois eux aussi ils aimeraient bien avoir un petit coup de main ! Finir ce puzzle seul, c’est un vrai casse-tête ! Exposez le contexte de ce jeu à vos enfants. Pour accompagner cette activité, vous aurez au préalable confectionné des cartes SOS et des cartes MERCI. Vous devez définir en accord avec vos enfants à combien de cartes SOS chaque membre de la famille a le droit de recourir chaque jour ou chaque semaine : une carte chacun, par exemple. Chacun prend ensuite autant de cartes SOS que de cartes MERCI. Quand quelqu’un en ressent le besoin, il sort sa carte SOS et un autre membre de la famille accourt à sa rescousse. Maman appelle au SOS pour mettre la table, papa pour faire les lits, Bruno pour donner à manger au chat et Lucette pour ranger ses poupées. Quelle que soit la tâche, la carte SOS permet de la partager avec une personne volontaire pour l’aider. En guise de reconnaissance, on donne une carte MERCI, celle-ci peut même spécifier “un câlin”, “un bisou”, etc. Il ne s’agit pas de déléguer les tâches aux autres mais bien de les faire à plusieurs, et comme tout le monde y a recours, alors les enfants jugent ce principe plutôt juste et, en général, collaborent avec entrain.
Matériel Du papier épais, des feutres
Préparation 5 Minutes
Temps de jeu Variable

Notes & références

  • Apprendre autrement avec la pédagogie positive, Audrey Akoun, Isabelle Pailleau , Eyrolles, 2013
  • Empathy in early childhood: genetic, environmental, and affective contributions. Knafo A, Zahn-Waxler C, Davidov M, Van Hulle C, Robinson JL, Rhee SH. Ann N Y Acad Sci. 2009 
  • The social neuroscience of empathy. Singer T, Lamm C. Ann N Y Acad Sci. 2009 Mar
  • Enhancing social cognition by training children in emotion understanding: A primary school study, V. Ornaghi, J.Brockmeier, I.Grazzani, Journal of Experimental Child Psychology, Volume 119, March 2014, Pages 26-39
  • L'atelier créatif avec les enfants, 27 activités partagées inspirées de la pédagogie Reggio, Barbara Rucci, Eyrolles, juillet 2017
  • La boîte à idées pour aider nos enfants à apprendre autrement, Eyrolles, février 2020
  • How Children Develop Empathy, Lawrence Kutner, PsychCentral, 2007. http://psychcentral.com/lib/2007/how-children-develop-empathy
  • Young Children’s Understanding of Other People’s Feelings and Beliefs: Individual Differences and Their Antecedents, Dunn J, Brown J, Slomkowski C, Tesla, C et Youngblade L, Child Development 62, 1991