Favoriser le sens coopératif à 2 ans

Favoriser le sens coopératif à 2 ans

A 2 ans les enfants n'ont pas encore développé suffisamment de conscience de l'autre pour pouvoir parler de collaboration. Pourtant de nombreux éléments faisant parti de leur quotidien à cet âge vont influencer leur relation aux autres, que ce soit la régulation des émotions, l'imitation des autres, la compréhension des relations de cause à effet ou encore le développement du langage pour expliquer ce qui se passe. Enfin, dans la mesure où l'on reste la personne avec qui ils vont devoir coopérer le plus à cet âge là, on instaure des routines constantes en utilisant le jeu pour leur permettre d'être plus autonomes et de gérer plus facilement les contraintes liées à la collaboration parent / enfant... 

Les points clés

scroll

Gagner et perdre ensemble

Pourquoi devrait-il toujours y avoir un gagnant et un perdant ? On peut aussi favoriser les jeux où on gagne ou perd ensemble, et partager ainsi l’expérience de la victoire ou de la défaite. Les enfants réalisent alors la force du groupe : en mutualisant les connaissances de chaque membre, on apprend les uns des autres, on résout plus facilement les situations problématiques et le sentiment de réussite n’en est que plus grand.

Accords & désaccords

Collaborer c'est travailler ensemble vers un objectif commun mais avant de passer à l'action, il est nécessaire de trouver des méthodes pour se mettre d'accord. Cela implique d'apprendre à faire des compromis, à écouter les autres et à affirmer son point de vue : ce n’est pas simple et pourtant c’est indispensable pour les habiletés sociales de l’enfant. Les activités favorisant la collaboration permettent de donner un temps de parole pour chacun et d’inciter les enfants à s’écouter pour être plus efficaces ensemble dans la réalisation d’un objectif commun. 

Observer

Avoir une approche active pour chercher un terrain d'entente requiert avant tout de savoir observer ce qui se passe : comprendre la situation, identifier les comportements et les émotions.... C'est essentiel pour permettre à la situation de progresser et mettre en place les bonnes actions qui permettront de rééquilibrer la dynamique de groupe. Savoir observer est une habitude à prendre donc ce n'est pas compliqué, il suffit d'être attentif.

Avec les parents

C’est bien beau de vouloir coopérer avec la terre entière mais le rêve c’est des enfants ultra coopératifs avec leurs parents non ? On a parfois l’impression que la maison est le dernier endroit où ils ont décidé de coopérer… La réalité c’est que souvent nous ne leur donnons pas l’opportunité de “collaborer” car nous voulons qu’ils obéissent sans leur donner le temps ou l’attention nécessaire pour qu’ils puissent contribuer. On prend donc le temps de créer un espace pour qu’ils puissent aussi être coopératif avec nous.

Structure et distribution des rôles

Collaborer et coopérer ne va pas de soi. La plupart des groupes démarrent de manière chaotique puis se structurent : au fur et à mesure on apprend à définir les rôles avant même de commencer. Mais c’est un apprentissage qui requiert de faire des expériences et des échecs mais également de savoir faire confiance.  La coopération incite les enfants à trouver leur place au sein du groupe, c’est un sentiment sécurisant et réconfortant.

Transversalité

La coopération est une compétence transversale. En adoptant une attitude plus collaborative, l'enfant apprend à se décentraliser de lui-même et développe à la fois son sens de l’écoute, sa concentration mais apprend aussi à négocier et à argumenter (excellent pour développer la confiance en soi et la communication). L'esprit d'équipe favorise ainsi le sens du partage par la mise en commun des compétences et des ressources de chacun au service de tous.

1,2,3 approches pour favoriser la coopération

Tous les détails et notre sélection pour chacune de ces approches sont à retrouver plus bas ou en cliquant sur les images.
scroll
1

Communiquer et écouter

La mise en place d’un environnement collaboratif doit s’établir, le plus naturellement possible, au moyen d’un minimum de structure et d’une bonne communication. Pour cela, il faut que nos petits s'expriment efficacement, écoutent et obéissent pour respecter les règles qui permettent de vivre ensemble.
2

Partager

A 2 ans, on n'est pas toujours prêt à partager. N'empêche que l'on peut réaliser petit à petit les bénéfices de faire ensemble. Si partager les jouets est encore difficile (mais pas impossible), on partage des activités pour montrer de quoi on est capable ensemble.
3

Planifier

Pourquoi nos enfants ne sont-ils pas enclins à ranger leurs jouets, prendre le bain ou laver leurs mains ? C’est (entre autres) parce qu’ils vivent dans le moment présent et n’anticipent que très peu les actions futures. Aidons-les à se préparer à exécuter une tâche en l'anticipant. Savoir le faire en famille, c'est déjà se préparer pour la vie en groupe.
1

Je t'écoute, tu m'entends

On peut bien sûr instaurer des consignes sans s’ennuyer, et au contraire : en s’amusant. L’essentiel, c’est de trouver un bon terrain d’entente pour donner envie à l’enfant de s’investir et donc d’être coopératif.
Idée astucieuse

C'est ta responsabilité

Il faut avouer qu'on tire une certaine fierté lorsque quelqu'un nous donne une responsabilité (à  part quand il s'agit de devenir responsable des parents d'élèves). Imaginez...Vous avez 2 ans : votre vie c'est jouer, manger correctement, avoir un peu d'hygiène. Et là on vous donne une tâche importante à faire ... comme trier les chaussettes, mettre la table ou ranger les courses au bon endroit. Y'a de quoi être très fier de participer au bon fonctionnement de la maison. Cela fonctionne encore mieux si cette tâche est récurrente et lui est toujours donnée. C'est encore mieux s'il y a un nouveau challenge de temps en temps (par exemple au début il ne met que les couverts sur la table, puis on ajoute les assiettes, etc.). Alors on se retient de le faire à sa place et on lui laisse sa zone d'action.
A faire soi-même

Ok, Capitaine !

Ce jeu consiste à imiter les actions du Capitaine et le Capitaine, c'est celui ou celle qui porte le chapeau sur la tête ! On se passe donc le chapeau à tour de rôle (ou on explique qu'on change toutes les 3 actions par exemple) et on comprend ainsi le rôle du Capitaine, c'est à dire celui qui guide, qui montre les signes à reproduire et donc celui qu'on doit écouter. C'est un bon moyen d'encourager les plus petits à attendre leur tour (vu qu'ils comprennent rapidement qu'ils pourront jouer eux aussi à faire le chef), mais aussi à comprendre le rôle de ceux qui sont en autorité. 

Après une utilisation répétée du chapeau, on n'aura plus besoin de ce symbole pour leur demander d'attendre leur tour.
Matériel Un chapeau
Préparation Aucun
Temps de jeu 10 Minutes

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

Abella l'abeille

Haba

Catégories d'âge
2 ans 3 ans
Développement
collaboration
Gamme de prix
€€
La mécanique de ce jeu de coopération pour les tout-petits est assez unique : on jette chacun son tour le dé et on s'empare d'une plaquette fleur de la couleur indiquée pour l'insérer dans la ruche. La plaquette ressort de la ruche dans l'autre sens (magique !) et s'est transformée (ou non) en miel. Le but du jeu : remplir le pot de miel, alors tout le monde s'y colle pour gagner. Les parties sont courtes et très bien adaptées aux plus jeunes. Il existe deux variantes du jeu (pour deux fois plus de fun !)

Qui cherche quoi où ?

Placote

Catégories d'âge
2 ans 3 ans 4-5 ans
Développement
confiance-en-soi lecture maths collaboration
Gamme de prix
€€
Un jeu adéquat pour les plus petits qui les aide à développer leur compréhension des questions simples tout en leur apprenant à en formuler. Le principe du jeu correspond à celui d’un « cherche et trouve », ce qui le rend amusant. Comme il a été pensé pour des enfants en bas-âge, ce jeu est aussi adapté à leur capacité de concentration limitée. Stimulant les capacités de langage et de communication, c'est un élément efficace pour aider nos petits à se montrer plus coopératifs.

Porteur Hippo en bois

Janod

Catégories d'âge
2 ans 3 ans
Développement
collaboration coordination
Gamme de prix
€€€
Comment encourager un enfant à ranger ses jouets sans le frustrer par la notion de consignes ? Eh bien en lui proposant de "jouer" à réunir tous ses jouets comme un grand et pour cela, le porteur Hippo est un parfait allié ! Non seulement il permet de développer motricité et équilibre mais grâce à son bac à l'avant, il incitera l'enfant à récolter ses jouets sur sa route. Un bon moyen de responsabiliser et d'encourager les plus petits à plus d'autonomie.

Noisette, range !

Haba

Catégories d'âge
2 ans 3 ans 4-5 ans
Développement
memoire organisation collaboration
Gamme de prix
Voici un jeu de société que l’on adore pour les tout-petits. Le jeu contient une petite armoire en 3D qui le rend extrêmement attirant pour les plus jeunes : il y a plusieurs options de jeux comme ranger les objets dans le bon tiroir, un jeu de loto ou un memory. On peut jouer en sélectionnant certaines cartes que l’on fait disparaître dans les tiroirs et l’enfant doit se rappeler à quel endroit elles se trouvent. Ce qui est intelligent, c’est que ce système de rangement fonctionne comme le cerveau : en créant des catégories et des associations, on retient et on retrouve plus facilement les informations. 
2

Un pour tous, tous pour un

Si nous faisons à leur place, nos enfants seront de fait moins collaboratifs : ils penseront qu’il suffit de refuser une tâche pour qu’elle s'exécute toute seule. Mais on peut faire ensemble pour montrer aux enfants qu'à plusieurs on y arrive mieux.
A faire soi-même

Dessin à deux mains

Certains enfants sont complexés car ils trouvent qu'ils dessinent mal, ils aimeraient que leurs dessins ressemblent à la réalité. Il est important de décomplexer l'enfant et de lui montrer que la créativité n'a pas de limite. Ce jeu peut-être une manière de faire cela : on se met à plusieurs et chacun son tour, on fait un trait sur la même feuille. Les traits peuvent se toucher ou non. Au début ça ne ressemble à rien, mais au fur et à mesure on finit par y voir des choses et créer ensemble un dessin qui a du sens. La créativité de chacun permet de créer un beau dessin très différent de ce que l'on aurait fait seul. A faire à 2, à 3 ou plus !
Matériel De quoi dessiner
Préparation Aucun
Temps de jeu 20 Minutes

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

Little cooperation

Djeco

Catégories d'âge
2 ans 3 ans
Développement
collaboration
Gamme de prix
Voici un joli petit jeu constitué de deux plateaux (la banquise et l'igloo) et d'un pont. Le but ? Faire traverser tous les animaux pour qu'ils rejoignent l'igloo, mais attention : le pont menace de s'écrouler. C'est un jeu de coopération pour les plus petits où on apprend à jouer et à gagner tous ensemble. Les règles sont simplissimes, ce qui facilitent la prise en main du jeu dès 2-3 ans.

La chasse aux monstres

Scorpion Masqué

Catégories d'âge
2 ans 3 ans 4-5 ans
Développement
confiance-en-soi collaboration
Gamme de prix
Ce petit jeu coopératif permet à la fois d’évacuer les tensions de manière ludique et de se mettre aussi dans de bonnes conditions pour s'ouvrir aux autres. Quand il faut mettre le monstre au placard, tout le monde doit crier en même temps : « Au placard, les Monstres ! » et, avouons-le, ça fait du bien d'avoir le droit de se lâcher et d'envoyer balader stress, tensions et angoisse ! Un jeu qui détend.
3

Aujourd'hui, demain, après-demain...

La notion de temps (5 minutes, 10 minutes, demain) n'a pas encore vraiment de sens pour un enfant de deux ans, on favorise donc la prise de repères temporels simples mais on instaure aussi des routines pour les actions qui se répètent.
Idée astucieuse

La minuterie magique

Avertir les enfants quelques minutes à l’avance, c’est-à-dire 10, 5 et 2 minutes avant de passer à l’action permet d’anticiper un changement et d’amorcer le processus de transition d’une activité à une autre. De cette manière, les enfants sont moins “surpris” et pourront, pendant le délai préalablement annoncé, terminer l’activité qu’ils ont en cours (on range les petites voitures avant de passer à table). Pour faciliter cette méthode, rien de tel que d’instaurer le principe de la minuterie magique. 

Quand la sonnerie retentit une première fois, c’est l’annonce du dernier temps de jeu : il faut terminer l’activité en cours. A la seconde sonnerie, c’est le moment de ranger, de laver les mains, d’aller prendre le bain, etc. Il peut y avoir une 3ème sonnerie “bonus” en accord avec votre enfant pour gagner encore 2 minutes mais après, c’est stop. En général les enfants acceptent et même mieux, ils coopèrent avec le sourire !
A faire soi-même

Attention, ça change !

Un jeu assez facile à mettre en place mais qui est très efficace. Les enfants ont une tâche simple à accomplir, aller d'un bout à l'autre de la pièce en marchant doucement mais en allant toujours tout droit (ils ne peuvent pas "sortir du chemin"). Attention, des choses vont se passer qui vont venir troubler leur petit parcours... Avant de démarrer, on explique aux enfants que le jeu est "pour faire semblant", et qu'ils ont le droit de faire et d'inventer tout ce qu'ils veulent. On les laisse partir puis on commence les interventions. Voici quelques exemples pour des très petits :
  1. Obstacle 1: un monstre qui fait très peur se met sur leur chemin, 
  2. Obstacle 2: ils doivent absolument trouver un doudou avant d'arriver 
  3. Obstacle 3: ils se sont fait mal à un pied et ne peuvent plus marcher
Rappelez-vous qu'ils ne peuvent pas quitter le chemin, ils devront donc faire appel à des aides extérieures. Le mieux est de leur demander de jouer la solution (comme au théâtre) : ils vont peut-être sortir une épée magique pour se débarrasser du monstre, appeler leur Doudou par téléphone pour qu'il vienne ou demander à leur Papa de les porter jusqu'à l'arrivée. Bref, c'est un jeu hyper flexible et qui permet aux enfants d'être créatifs face à des situations inattendues.
Matériel Aucun
Préparation 5 Minutes
Temps de jeu 10 Minutes

Nos iD livres & jeux les plus adaptés

scroll

César panneau ma journée

Lilliputiens

Catégories d'âge
2 ans
Développement
collaboration
Gamme de prix
€€
Le panneau César ma journée est un calendrier journalier qui permet d'instaurer une petite routine avec papa ou maman autour des activités de la journée passée ou à venir. Les pastilles César illustrent divers moments de la journée (je m'habille, je fais du vélo, je déjeune, je joue, etc.), on peut donc constituer et structurer sa journée avec César. Au fur et à mesure, votre enfant va identifier et reconnaître les différentes actions, il comprendra par exemple qu'on prend le bain avant de manger et qu'on joue avant d'aller au dodo : de petits repères qui l'aideront à se montrer plus coopératif.

Chut, Coco !

Haba

Catégories d'âge
2 ans 3 ans
Développement
collaboration
Gamme de prix
Certains enfants ne sont pas très coopératifs lorsqu'il s'agit d'aller au dodo, voici un jeu qui permet de mettre en place un petit rituel pour aller se coucher tout en s'amusant. C'est l'histoire de Coco le coq qui a été chargé de mettre au lit tous les bébés animaux de la ferme, mais celui-ci ne peut s'empêcher de lancer des "cocorico" de temps en temps et ça réveille tout le monde ! Il faut donc aider Coco a endormir tous les petits, avant d'aller, soi-même, faire un gros dodo ! Un jeu coopératif avec de belles pièces maniables et qui permet une première compréhension de la notion de "règles du jeu".

L'horloge formidable

Odette&Jeannette

Catégories d'âge
2 ans 3 ans 4-5 ans
Développement
organisation collaboration
Gamme de prix
€€
C'est beau. C'est intelligent. Ça marche. On a tout dit sur ce produit ! On adore l'horloge créée par les fondateurs du site Les enfants sont formidables car elle permet aux enfants de visualiser les différents moments de la journée : grâce au système ingénieux d'aimants (32 sont fournis), les enfants peuvent situer les différentes activités de la journée sur l'horloge. Comme l'horloge fonctionne, cela facilite grandement la tâche : on dit à l'enfant que quand l'aiguille sera à la hauteur de l'aimant dodo, il faudra aller se coucher. Il va donc pouvoir se rendre compte de lui même du temps qui avance. Pas de débat quand c'est l'heure. Coopération garantie (peut-être même qu'ils se mettront au lit tout seul...)

Notes & références

  1. Wentzel K. Comportement prosocial et scolarisation. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Knafo-Noam A, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/comportement-prosocial/selon-experts/comportement-prosocial-et-scolarisation. Publié : Mai 2015. Consulté le 30 janvier 2020
  2. Panitz T. Collaborative versus Cooperative Learning: A Comparison of the Two Concepts Which Will Help Us Understand the Underlying Nature of Interactive Learning. Published November 30, 1999.
  3. Relations entre pairs : Synthèse. Dans: Tremblay RE, Boivin M, Peters RDeV, eds. Boivin M, éd. thème. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. http://www.enfant-encyclopedie.com/relations-entre-pairs/synthese. Actualisé : Janvier 2015. Consulté le 30 janvier 2020.
  4. Baudrit Alain, « Apprentissage coopératif/Apprentissage collaboratif : d'un comparatisme conventionnel à un comparatisme critique », Les Sciences de l'éducation - Pour l'Ère nouvelle, 2007/1 (Vol. 40), p. 115-136. DOI : 10.3917/lsdle.401.0115. URL : https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2007-1-page-115.htm
  5. Herbé Dominique, Tremblay Hélène, Mallet Pascal, « La coopération dyadique entre enfants de 5-6 ans : effets de la complexité cognitive et de l'activité motrice sollicitées par les situations de résolution de problème », Enfance, 2007/4 (Vol. 59), p. 393-413. DOI : 10.3917/enf.594.0393. URL : https://www.cairn.info/revue-enfance1-2007-4-page-393.htm
  6. Baines Ed, Rubie-Davis Christine & Blatchford Peter (2009). Improving pupil group work interaction and dialogue in primary classrooms: results from a year‐long intervention study. Cambridge Journal of Education, vol. 39, n° 1, p. 95-117.
  7. Baker Michael (2008). Formes et processus de la résolution coopérative de problèmes : des savoirs aux pratiques éducatives. In Yviane Rouiller & Katia Lehraus (dir.), Vers des apprentissages en coopération : Rencontres et perspectives. Berne : Peter Lang, p. 107-130.
  8. Gordon Jean et al. (2012). Key competence development in school education in Europe: KeyCoNet 2012 Literature Review. En ligne 
  9. Lottici Émilie (2013). Apprentissage coopératif : les représentations et pratiques des enseignants de maternelle. Mémoire de master 2, sociologie, Université d’Orléans.